Les profs 2

les profs 2 En vivant à l’étranger, on a parfois un besoin viscéral de se recentrer sur sa franchouillardise, le genre de soirée où on a envie de s’abêtir, devant le fleuron de la comédie française. Et dès les premières secondes du film, on sent le pari lancé par le directeur du film : tourner l’un des pires films de l’histoire du cinéma français. Le scénario est complêtement metapsychique : des professeurs français médiocres envoyés dans une grande école anglaise pour faciliter l’apprentissage d’une jeune élève issue de la famille royale. Un scénario d’une très grande profondeur, qui promet 1H15 de pure folie. Dans ce film, vous ne serez pas déçu, les gags s’enchainent à une vitesse folle, avec une finesse dans l’humour, un sens du second degré, une mise en scène incroyable, au point qu’on se dit tout le long « mais c’est pas possible ». Comme quoi, le cinéma, c’est un métier.

Rating: ½☆☆☆☆

Hunger Games 2: L’embrasement

hunger games Il arrive dans la vie qu’on fasse des erreurs. Dans ce cas, je ne sais pas qui a le plus fauté: le réalisateur qui a osé prétendre que Hunger Games 2 est un film, ou moi qui fut si naif pour le croire. Je m’ennuyais tellement au cinéma que j’en suis venu à penser à ma liste de course pour le lendemain. Dans la salle, les gens soupiraient, se lamentaient à voix basse, puis se fut un soulagement collectif lorsque la lumière s’est rallumée: enfin libre. Comme il pleuvait beaucoup dehors, personne n’est sorti avant la fin.  Hunger Games est en fait une longue publicité pour le prochain film de la série, un pur produit marketing à l’américaine: les effets sonores sont répétitifs (brand association), le scénario est linéaire (storytelling), les valeurs associées à la marque et donc au protagoniste sont évidentes (brand value: liberté, courage,…), etc. C’est pathétique.

Rating: ★☆☆☆☆

Incendies

incendiesIncendies est un film puissant. Il s’agit d’une quête identitaire d’une personne ( Nawal Marwan, interprêté par Lubna Azabal) qui cherche à découvrir et comprendre la vie mystérieuse que sa mère a mené subie. Elle découvre une époque aux circonstances tragiques et dramatiques (la guerre civile au Liban et ses conséquences), un destin hors du commun et des révélations épouvantables qui vont bouleverser sa vie. Incendies est un film provocant et très émouvant, questionnant les convictions politiques, la capacité humaine du pardon, l’acceptation de la réalité, le lien filial. Le jeu d’acteur est globalement bon (seulement quelques petits manques d’authenticité dans le deuxième role, Maxime Gaudette), le scénario est très bien amené, le suspense tient jusqu’au bout, le dénouement de l’intrigue est suprenant, la fin ouverte du film invite à la réflexion. Il est dommage qu’Incendies soit si marquant qu’on ne puisse le voir qu’une fois.

Rating: ★★★★☆

Joséphine

josephineExcellent film, très divertissant, qui joue avec l’humour, tout en subtilité: comique de situation, blagues potaches, protagoniste drôle, déjantée et attachante, bons dialogues, scénario très bien construit et rigolo (l’histoire d’une trentenaire bobo qui se crée des problèmes pour exister)…Que dire de plus? C’est une bonne comédie Parisienne, peut-être parfois un peu trop cliché ou moraliste, mais on passe un très bon moment, c’est l’essentiel.

Rating: ★★★½☆

Le Congrès

le congresCe film d’anticipation est original, troublant et inédit. Il est original de par son scénario qui questionne les limites du divertissement et plonge le spectateur dans un univers où les humains ne sont plus à même de différencier la fiction de la réalité. Il est troublant car on y voit un futur possible, en phase avec l’actuelle quête identitaire occidentale pour une jouissance immédiate et individuelle, sous l’influence d’empires commerciaux difficilement contrôlables. Le trouble provient surtout du concept de realité subjective que développe le film, qui est particulièrement convaincant. Enfin, il est inédit puisqu’il y a un subtil mélange de film et de dessin animé qui trouble le spectateur dans le processus de distanciation de l’intrigue et des images. Le congrès est un film que je recommande. NB: attention, c’est un peu triste et mélancolique, tout comme Valse avec Bashir, l’autre grand film du réalisateur Ari Folman.

Rating: ★★★★☆

La Grande Belleza

grande bellezaLa Grande Bellezza est à l’image d’une époque, d’un pays en pleine désillusion. Ce film met en opposition toute la grande beauté (grande bellezza) des paysages, de la musique sacrée et de la ville de Rome avec la décadence de la vie et de l’âme des personnages du film, en particulier la vie du protagoniste, un riche journaliste et critique d’art de Rome, menant une vie mondaine. Talentueux mais feignant, sensible mais désabusé, ce dernier a su vivre ses envies et la grande vie, assumant pleinement ses vices, sa recherche du plaisir et de la frivolité. Cependant, à 65 ans,  Jep Gambardella cherche à renouer avec ses racines, pour trouver un sens à son existence et comprendre comment il a pu manquer l’essentiel, l’amour et la capacité d’écrire..Il s’agit d’un film visuellement beau et captivant, intellectuel et existentialiste, mais noir et sans concession. Ce film, un hommage à la belle époque italienne, en particulier La dolce Vita de Fellini, mérite sa place dans toutes les bonnes filmothèques.

Rating: ★★★★☆

The Island

the islandVoila un film comme on voudrait en voir plus souvent. Ce film, c’est comme le cochon, tout est bon. Le jeu d’acteur est bon, le scénario est original, les effets visuels et les décors sont parfaits, les scènes d’action rondement menées. La thématique touche les progrès de la biotechnologie et les problèmes éthiques qu’elle suscite. Ce film d’anticipation relate l’histoire de deux clones qui prennent conscience de leur condition et cherchent à faire valoir leur droit d’exister au même titre que leur créateur, devant alors affronter l’hostilité de leur fabricant et leurs commanditaires pour survivre. A voir absolument!

Rating: ★★★★☆

Paulette

pauletteCe film m’a fait beaucoup rire. Le réalisateur ( Jérôme Enrico) joue sur l’image et le comportement attendu d’une personne âgée (sage, morale et désintéressée) en mettant en scène une vieille dame dépourvue de moyens mais sans scrupules pour améliorer sa condition. Paulette est une Tatie Danielle moderne des banlieues, aigrie, raciste et égoiste, qui, à travers son ambition, va réapprendre à aimer le monde dans lequel elle vie. Comme dit le prêtre dans le film, les voies du seigneur sont impénétrables… » Une bonne comédie originale, légère et divertissante, un moment de détente toujours bienvenu.

Rating: ★★★½☆

Amer Beton

amer betonAmer Beton est un excellent manga japonais. Tout en délivrant une histoire originale et fantastique de 2 jeunes vagabonds luttant tant pour leur survie que la protection de la ville, Matsumoto a su toucher de nombreuses thématiques importantes: le besoin d’amour et de candeur face à la recherche et les responsabilités du pouvoir, la complexité et l’ambivalence des personnes et des sentiments, les liens et l’interdépendance entre les vivants, le changement…Un film touchant, tant dans sa simplicité allégorique que dans sa complexité philosophique: une vision japonaise du monde et un monde en soi. Comme dit Blanc dans le film, « Sois heureux! »

Rating: ★★★★☆

Cloud Atlas

cloud atlas

Cloud Atlas est un film d’action et de science fiction réalisé par les Wachowski et Tom Tykwer. Avec un budget de 100 millions de Dollars, le film a les moyens d’être beau. Il s’agit de 6 petites histoires entrecoupées,se déroulant dans des époques différentes, mais avec les mêmes personnages. Chaque personnage possède de lourdes tendances héréditaires, provenant, semble-t’il, de la réincarnation. Ainsi, les traits de caractère se perpétuent et portent à être soit vertueux, soit vicieux. Le film se veut avoir une portée révolutionnaire où le peuple à conscience que l’union fait la force et s’assemble dans une lutte pour un futur meilleur. A l’affirmation « vous n’êtes qu’une goutte d’eau dans l’océan », l’un des personnages répondra « qu’est-ce qu’un océan, si ce n’est une multitude de gouttes d’eau ? » Les gentils se sacrifient donc pour des causes collectives qui transcendent leur destinée et pour modifier l’ordre existant et à venir, alors que les méchants sont individualistes et/ou conservateurs. Ainsi, les gentils idéalistes vont tout à tour lutter contre l’esclavagisme, des compagnies pétrolières belliqueuses, un régime totalitaire, des méchants cannibales, la survie des terriens. Une vision simpliste de la politique et des hommes, mais un bon moment de cinéma. A voir

Rating: ★★★½☆

The Master

the masterVoilà un film éloquent sur les théories et pratiques de la Scientologie, tout en se distanciant de la réalité et se gardant d’apporter un jugement définitif sur la question. On découvre les débuts de la Cause à travers un homme perdu suite à ses traumatismes de la seconde guerre mondiale et qui, par un hasard de la vie, vient à rencontrer « le Maître », un thérapeute illuminé  qui lui apporte une famille et du réconfort, voire un surcroit de stabilité mentale. Le maître est interprété par Philip Seymour Hoffman, toujours impressionnant dans des rôles d’homme charismatique (Truman Capote). Quant au protagoniste, Joaquin Phoenix joue assez bien son rôle mais n’a pas su faire évoluer son personnage au cours du film. De même, on regrette que le film ne soit pas suffisamment incisif sur les mécanismes psychologiques qui mènent les adeptes à la dépendance, l’attachement et la fascination pour la cause. Cela reste tout de même un film intéressant.

Rating: ★★★½☆

Poulet aux prunes

pouletPoulet aux prunes est un film doucement mélancolique, l’histoire d’un amour impossible, d’un artiste incompris,  d’une vie de famille compliquée. Malgré ce scénario mélodramatique, ce film dégage une poésie et une légèreté que le rend attachant, grâce à ses filtres qui lui donne un caractère suranné, son ambiance orientale un brin caricatural et ses pointes d’humour (merci Jamel). C’est un beau film de cinéma, transcendant, divertissant et dépaysant. Un beau voyage imaginaire.

Rating: ★★★½☆

Real Humans (Äkta Människor – les véritables humains)

real humansExcellente série suédoise de science-fiction sur l’interaction entre les Hommes et leur création, les robots. Ces derniers sont devenus tellement utiles et perfectionnés qu’il devient difficile de les différencier des Hommes (si on considère que tous les Hommes sont utiles et perfectionnés) et sont omniprésent dans la société. Certains Hommes les préfèrent d’ailleurs à leurs semblables, portant certains autres à les détester. Du côté des robots, la majorité accepte sa condition d’esclave, mais une minorité semble doter de conscience (ils sont libres!) et se rebellent. Cette série aborde les mêmes thématiques que le manga et le film Ghost in the Shell, paru en…1989!! Que peut-on considérer comme « être vivant » ? Qu’est-ce qui distingue l’être humain d’un robot ayant conscience de son existence ? Qu’est-ce qui fait la spécificité de la pensée humaine ? Le débat reste plus que jamais d’actualité. Attention, cette série est addictive. ( actuellement disponible sur le site de la chaîne Arte, ici)

Rating: ★★★★☆

Au bout du conte

au bout du conteAu bout du conte est une comédie bien française, qui parle de la complexité des sentiments et des engagements, de l’inconstance du cœur et du corps, de la difficulté d’interagir dans la vie moderne parisienne. Les liens familiaux y sont remis en question, l’individualisme s’oppose au besoin de se lier et donc d’exister, le réalisme se confronte à l’envie du rêve et de la magie. En revisitant les contes de notre enfance, Agnès Jaoui nous montre toute la distance qui nous sépare aujourd’hui de ces époques où les contes ont été écrits, où tout du moins du fossé entre le modèle idéal qu’on nous soumet durant l’enfance et la vie d’adulte. Jaoui et Bacri se montrent fidèles à eux mêmes, lui bougon, attachant et drôle, elle nature, vivante et compliquée. Un très beau film, haut en couleurs. Bravo à Mme Jaoui qui, en 1h30 de film, a su faire vivre autant de personnages et d’intrigues tout en gardant une certaine profondeur.

Rating: ★★★★☆

Touristes (sightseers)

touristesTragi-comédie à l’humour noir bien réussie. C’est l’histoire d’un nouveau couple qui décide de partir en voyage pour vivre ensemble une aventure dans la campagne anglaise. Cependant ils doivent  faire face à de petites contrariétés, dont le caractère légèrement antisocial de Monsieur. Sa compagne fera des efforts pour mieux le comprendre et être en phase avec lui. Un beau geste d’amour..Film surprenant, farfelu, original et divertissant. On sent que cela a dû être un plaisir d’écrire le scénario..

Rating: ★★★½☆

Sugar Man

sugar manSugar  Man relate le destin incroyable de Sixto Rodriguez, un talentueux musicien Américain inconnu dans son pays mais célèbre sans le savoir à 14 000 kilomètres de là, en Afrique du Sud. Pendant 30 ans, Sixto Rodriguez a ignoré son succès, vivant une vie ordinaire de maçon à Detroit. Seules la curiosité et la témérité de 2 journalistes lui permettront de rencontrer enfin son immense public. Ce documentaire est excellent, non seulement par sa réalisation, mais parce qu’il met en scène un homme intègre, simple et attachant, ayant marqué une époque et un pays. Sans oublier un élément fondamental: la musique du film est géniale!
Rating: ★★★★½

Limitless

limitlessLimitless est un très bon film, de part son rythme haletant, son jeu d’acteur (Bradley Cooper, Robert de Niro) et sa mise en scène. Le film relate la réussite sociale d’un héros dont les facultés intellectuelles sont démultipliés grâce à une drogue de synthèse. Profondément marqué par son époque et son origine américaine, cette intelligence n’est mise à profit que pour servir les intérêts individuels du protagoniste, être vaniteux et immoral avide d’argent, de pouvoir et de plaisir facile. Seule l’ascension sociale compte, autrui n’est plus qu’un prédateur et la compétition fait rage. Le héros va donc se complaire à merveille dans le monde de la finance. Ce film incarne a lui tout seul le rêve américain. A voir absolument!
Rating: ★★★★☆

Oblivion

oblivionUne très belle déception. Ce film est une daube qui a dû décevoir bon nombre de fans de science fiction. Le scénario a du être écrit par un enfant de 7 ans ayant passé trop de temps devant la télévision. Comme une mauvaise recette de cuisine, on mélange un peu de tout (clones, extra-terrestres, contamination, histoire d’amour, lutte pour la survie d’un groupe d’humains,…), on secoue, et on obtient..un plat dégueu’. Heureusement qu’on a inventé les effets spéciaux pour cacher la misère d’un scénario, mais parfois, cela ne suffit pas.

Rating: ★½☆☆☆

Les Kaira

kairaLes Kaira, c’est un film génial, avant tout pour son humour tout au long du film maniant des blagues rigolotes, de l’ironie, de la parodie, du comique de situation, de l’autodérision,..on rit beaucoup, tout en appréciant un scenario original qui tient la route. Film à voir absolument!

Rating: ★★★★☆

Jack Reacher

jackFilm de divertissement réussi, mais à l’américaine et qui risque d’être vite oublié. Tom Cruise joue plutôt bien son rôle de justicier; scenario rocambolesque mais bien amené. Le protagoniste est une sorte de superhéros: physique attractif, maîtrise des techniques de combat, mémoire exceptionnelle, intelligence remarquable, etc. Comme tout superhéros, il vit en dehors du système, met ses capacités au nom d’idéaux et s’affranchit de l’ordre établi avec la complicité du spectateur. L’immoralité de ses actes, le non-respect de l’état de droit sont donc pardonnés car ils sont perpétrés dans la recherche du juste, du bien..La psychologie du protagoniste est abordée dans ce film, Jack défendant son choix de vie marginale pour fuir l’asservissement d’une vie de labeur. Il a dû convaincre plus d’un spectateur..

Rating: ★★★½☆

Intouchables

intouchablesJe pense qu’il s’agit du film le plus touchant et le plus drôle que j’ai vu au cinéma. Il permet de vivre par procuration et donc de mieux comprendre la situation de personnes dans des situations de précarité, qui, malgré leurs difficultés, garde leur humanité et l’amour de la vie. L’histoire relate la rencontre de deux mondes, un homme riche mais handicapé moteur et un pauvre mais jeune homme fougueux qui se met au service de l’handicapé pour gagner sa vie. Le réalisateur joue sur des clichés et cherche à les transcender en développant la psychologie des protagonistes. Omar Sy se révèle un excellent acteur, capable de transmettre des émotions et le ressenti de son personnage. Sa seule prestation donne envie de revoir ce film exceptionnel.

Rating: ★★★★½