Les profs 2

les profs 2 En vivant à l’étranger, on a parfois un besoin viscéral de se recentrer sur sa franchouillardise, le genre de soirée où on a envie de s’abrutir devant ce que la seule et unique culture française peut produire : une énorme daube. Et dès les premières secondes du film, on sent le pari lancé par le directeur du film : tourner une des plus belles bouses de l’histoire du cinéma français. Le scénario est complétement metapsychique : des professeurs médiocres et français envoyés dans une grande école anglaise pour faciliter l’apprentissage d’une jeune élève issue de la famille royale. Un scénario hilarant donc, qui promet 1H15 de pure folie. Dans ce film, vous ne serez pas déçu, les gags s’enchainent à une vitesse folle, avec une finesse dans l’humour, un sens du second degré, une mise en scène incroyable, au point qu’on se dit tout le long « mais c’est pas possible ». Comme quoi, le cinéma, c’est un métier d’artiste, ce n’est pas donné à tout le monde. Les profs 2, c’est le genre de film qui fait dire aux étrangers : mmh, attention, c’est un film français, on va plutôt mater une daube américaine. Merci les artistes !

Rating: ☆☆☆☆☆

Introduction à la philosophie

Cette introduction à la philosophie a pour but de présenter le programme de la matière, les grands courants philosophiques, ainsi que les différentes acceptions et définitions que revêt le terme philosophie.

En supplément, les documents ci dessous expliquent ce qui est attendu des élèves de Terminale pour leur baccalauréat.

L’introduction offre enfin une présentation du mythe de la caverne de Platon.

Bonne lecture!

 

Lien de téléchargementNom du document
Bulletin Officiel du Ministère de l'Education Nationale Française pour le Baccalauréat Philosophie
Introduction à la philosophie
Programme pour le baccalauréat
Comment rédiger une dissertation de philosophie?
Comment rédiger une explication de texte?
Les grands courants philosophiques

La conscience

La conscience est cette faculté qu’a l’Homme de connaître sa propre réalité et de la juger. Mais comment acquière-t-il cette faculté? Qu’est-ce qui correspond à sa réalité? Comment s’exerce le jugement?

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur la conscience, partie 1
Résumé du cours sur la conscience, partie 2
Le Banquet_Platon

Le désir

Le désir est aussi bien une tendance, celle de l’homme qui souhaite posséder afin de combler un manque, que l’incarnation même de l’objet dont il souhaite s’approprier. Ce cours vise à expliciter cette relation qui existe entre un sujet et un objet, en montrant ses causes et conséquences et la définition de l’être à travers ses besoins et désirs.

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur le désir
Synthèse

Le temps

Cette leçon introduit le concept du temps à travers Bergson, comme unité de mesure et durée, mais surtout comme conception de notre propre conscience de nous-même.

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur le temps
Etude d'un texte de Bergson sur le temps

L’art et le beau

L’art et la beauté sont des concepts étroitement liés si l’on considère que l’art se rapporte au jugement esthétique (et non à cette vision moderne de signe ou de symbole porteur d’un message) et que la beauté est ce plaisir du jugement esthétique qui permet à l’homme de transcender sa condition en se détachant de tout intérêt et considération matérielle. L’art, pour l’esthète, est donc l’expression pure de notre subjectivité, ce rapport qui nous lie à l’objet et nous procure un plaisir simple et vrai. Il s’agit d’une porte, celle de la perception, que l’homme doit ouvrir pour se détacher de tous préjugés et normes morales, découvrir soi-même, et enchanter le monde qui l’entoure.

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur l'art et le beau

Le langage

La langue correspond à un système de signes reconnu collectivement. Il existe différents langages, qui nous permettent de rendre intelligible le monde qui nous entoure. Alors que certains philosophes, tel que Bergson, considèrent que les langues naturelles sont une réduction de notre perception du monde à des conventions, des symboles et des étiquettes, d’autres philosophes, tel que Wittgenstein, pensent que la langue ouvre la possibilité d’une pratique qui dans sa finitude même rend possible l’infini de la parole et du discours.

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur le langage

La religion

La religion est un ensemble de croyances et de pratiques inhérente aux sociétés humaines. Son impact sur la conception que l’homme a du monde qui l’entoure et de sa propre existence en font un des thèmes incontournables de la philosophie.

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours
Explication de texte, Karl Marx: l'opium du peuple
Explication de texte, Freud: l'avenir d'une illusion

L’histoire

La philosophie de l’histoire s’évertue à trouver un sens au vécu de l’humanité. Y’en a-t-il un? Pour répondre à cette problématique, la philosophie doit analyser ce que l’histoire en tant que discipline de connaissance a mis en exergue. Mais est-ce que l’histoire est objective? Est-elle une science?

 

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

La liberté

Le concept de liberté est complexe à appréhender car son usage dans des contextes si différents, de la publicité à la lutte révolutionnaire, a fini par lui accorder plus de valeur que de sens. Ce cours entend redonner (un peu de) sens à cette notion à travers l’analyse qu’en ont fait Descartes (la liberté comme usage de la raison), Bergson (la liberté comme création dans le présent et dans l’élan vital), Kant (la liberté du noumène, en dehors du déterminisme naturel et de la causalité). En outre, le cours montre quelques conceptions de la liberté dans le domaine politique, à travers l’étude du constitutionnalisme de Hobbes et Locke, l’idéalisme de Rousseau et le matérialisme socialiste de Proudhon et Marx.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

La société et les échanges

La liberté et les échanges sont à la base de la société, car l’Homme ne peut survivre et vivre seul, tant par sa nature physique que psychique. A travers le travail (rapport de l’homme à la nature et de l’homme à l’homme), l’apprentissage de la technique, la création d’interdépendance entre les personnes, l’instauration de règles régulant la possession et les rapports de force, l’Homme détermine la nature du lien social et modèle son environnement.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

La vérité

La notion vérité est complexe car son but est de décrire la réalité comme si celle-ci pouvait être objectivée et appréhendée par tous et transmise par le discours sans être affectée par cette opération de transcription. La valeur qu’on lui accorde varie donc en fonction de la perception que chacun a des capacités d’entendement de l’Homme envers sa propre existence et son environnement.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur l'interprétation

L’interprétation

L’interprétation est l’action d’expliquer et de donner une signification aux faits, actes et paroles. Cependant, l’interprétation dépasse cette dimension purement explicative pour devenir performative (influençant le réel) dès l’instant ou on considère que chaque fait, acte ou parole est lui-même une interprétation du réel, le réel devenant alors un ensemble de subjectivités interprétables à l’infini. Peut-on déterminer une limite à l’interprétation, une manière d’accorder une véracité à un fait sans tomber dans un délire nihiliste?

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

Théorie et expérience

Qu’est ce qu’une science et comment établit-on un savoir comme scientifique? Quelles sont les différences entre sciences naturelles et sciences humaines? Quel rapport établir entre science et technique et entre théorie et expérience?

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur "théorie et expérience".

Le vivant

Le vivant est un objet d’analyse a mi-chemin entre les sciences naturelles et les sciences de l’homme. Différentes écoles de pensées (les penseurs finalistes, mécanistes et vitalistes) offrent des perspectives d’analyse du vivant en tant qu’objet définissant l’existence de l’homme, tandis que la phénoménologie s’évertue à concevoir notre perception du vivant comme un construit existentiel qui serait modifiable, pour peu que nous sachions nous détacher de toutes nos connaissances sur le vivant.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours
Textes liés à la phénomènologie

La justice

La justice est la base de toute société. Sa conception est liée à la perception du contrat social, que celui repose sur la survie (Hobbes), le droit naturel (Malebranche), la morale (Rousseau), les intérêts individuels et l’égalité sociale (Rawls), ou encore la recherche du bien être (les thèses utilitaristes). Etudier la notion de justice c’est donc essayer de mieux comprendre la nature de l’homme et sa capacité ainsi que sa volonté de vivre en société; c’est aussi donc aussi s’interroger sur le meilleur ordre social possible.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours
Extraits de textes en lien avec le sujet

L’Etat

Depuis le 16ème siècle et l’avènement d’une société des Etats (society of states, Hedley Bull), la souveraineté est aujourd’hui accordée aux instances étatiques qui sont libres de définir de manière indépendante un système juridique propre, qui régit la vie en société sur un territoire défini et une population donnée. Comprendre les fondements de l’Etat, c’est donc comprendre les fondements du contrat social, soit la base du vivre-ensemble pour la majorité des populations contemporaines.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours
Michel Foucault, Il faut défendre la société

La matière et l’esprit

Le chapitre sur la matière et l’esprit aborde l’interaction entre la conscience et le corps, en présentant les conceptions majeures de la philosophie occidentale (le dualisme et le monisme). A mi-chemin entre la philosophie des désirs, la métaphysique et la phénoménologie, ce chapitre permet de revenir à l’essence même de l’Etre en tant qu’être, soit une ontologie du vivant et de notre conscience.

Nom du documentLien de téléchargement
Résumé du cours

Le bonheur

Le bonheur est souvent conçu comme étant une fin ultime de la vie humaine (c’est ce qu’on appelle eudémonisme). Dans cette quête, de nombreuses écoles de pensée proposent des conduites et la mise en exergue de valeurs différentes. Bien qu’il s’agisse pour certaines d’idéals-types (tel que le stoïcisme, le kantisme), ces écoles de pensée ont le mérite de présenter une réflexion sur le lien entre le bonheur, la liberté et les devoirs, ainsi que la nature humaine.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

Le devoir

Le devoir est une thématique regroupant les notions de morale et d’obligation légale. Il s’agit des régles intériorisées par l’individu et qui s’impose à sa conscience, sans pour autant nier son libre arbitre (auquel cas, il ne s’agirait plus d’obligation mais de soumission). Il y est donc fait référence à la morale naturelle (le jus-naturalisme), à la morale sociale, au droit positif et aux normes sociales.

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

Autrui

Que représente autrui? L’autre est-il essentiel dans la définition de soi? Cette définition de soi s’exerce-t-elle forcément en opposition à autrui? Ce cours vise à réfléchir sur la notion relative de l’autre, de découvrir les mécanismes de base de création de l’identité personnelle, en analysant le rôle de l’altérité dans le développement de la conscience personnelle

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours

Peut-on vouloir le mal?

La conscience est-elle intrinsèquement liée à la notion du bien? Ne peut-on pas sortir de cette orientation métaphysique et normative vers le juste? Des philosophes ont-ils au moins essayé de concevoir une autre forme de conscience ?

Lien de téléchargementNom du document
Résumé du cours sur la notion du mal

Syllabus

Ce Syllabus comprend une brève introduction sur les objectifs de la matière enseignée, un résumé de chaque cours ainsi que les références des documents. La plupart des documents peuvent être télécharger dans les articles suivants.

Role et évolution de la Diplomatie

Durée : 2H

Résumé du cours:
Le cours est une introduction à l’évolution des relations interétatiques, de la création des Etats (Traité de Westphalie, 1648) à nos jours. L’objectif est de contextualiser la politique étrangère du Burundi au sein des relations internationales.

Documents :

Document à téléchargerNom du Document
Raoul DELCORDE, L’évolution du métier de diplomate, Centre Thucydide, Volume X, 2009
Laurence-Camille RICHARD, Diplomacy in the Twenty-First century: Change and Evolution, September 15, 2011
Mark LEONARD, Public Diplomacy, Foreign Policy Centre, 2002
Jan MELISSEN, Wielding Soft Power: The New Public Diplomacy, The Netherland Institute of International Relations, May 2005
Laurent BEAUGUITTE, Clarisse DIDELON, Structures spatiales des relations diplomatiques mondiales, Dixièmes Rencontres de Théo Quant, Février 2011
Resumé du cours

Comprendre la négociation internationale

Durée : 4H

Résumé du cours:
Ce cours aborde l’analyse des conditions de négociations internationales pour comprendre les déterminants de la réussite ou l’échec de négociations. Outre l’étude contextuelle, le cours évoquera les constituantes du rapport de force (« soft power », « 2 level games », etc) et certains aspects socio-psychologiques (dilemme du prisonnier, théorie de l’engagement, théorie des jeux, etc.).

Documents :

Télécharger le documentNom du document
Daniel DRUCKMAN, Turning Points in International Negotiation: A Comparative Analysis, the Journal of Conflict Resolution, Vol. 45, No. 4 (Aug., 2001), pp. 519-544, 2001
Robert D. PUTNAM, Diplomacy and Domestic Politics: The Logic of Two-Level Games, International Organization, Vol. 42, No. 3. (Summer, 1988), pp. 427-460, 1988
Joseph NYE, Bound to Lead: The Changing Nature of American Power, 1990
Robert-Vincent JOULE et Jean-Léon BEAUVOIS, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Presses Universitaires de Grenoble, 1987
Résumé du cours

Comprendre l’analyse systémique

Durée : 2H

Résumé du cours:
Le but de ce cours est d’initier les étudiants à la procédure mathématique d’analyse systémique afin qu’ils soient capable de comprendre, de créer ou modifier un système d’analyse, en particulier les diagrammes d’influence. L’objectif est que les étudiants soient capables d’appliquer cette procédure d’analyse à l’étude contextuelle de la politique étrangère du Burundi.

Documents :

Document à téléchargeNom du Document
International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC), Conflict-sensitive approaches to development, humanitarian assistance and peace building: tools for peace and conflict impact assessment (Chapitre 2), 1998
Clemen & Reilly. Making Hard Decisions, 2nd ed. Chapter 3. Duxbury, 2001
Richard Hawkins, Ressources Pédagogiques : diagrammes de systèmes, Centre International pour la Recherche Agricole orientée vers le développement
Résumé du cours

Les constituantes de la politique étrangère du Burundi

Durée : 4H

Résumé du cours:
Ce cours porte sur les intérêts et les moyens dont dispose le Burundi pour mettre en oeuvre sa politique étrangère: les intérêts économiques, politiques, géopolitiques, et culturels ; les moyens militaires, économiques et politiques.

Documents :

Document à téléchargerNom du document
David L. CINGRANELLI and David L. RICHARDS, Cingarelli Richard (CIRI) Human Rights database, 2014
Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Facts on International Relations and Security Trends, 2014
Bertelsmann Stiftung’s Transformation Index (BTI) 2014
The Economist Intelligence Unit, Democracy index 2013
Banque Mondiale, Country Data Report for Burundi, 1996-2013
Institute for Economics and Peace, Global Peace Index 2014,
Résumé du cours

Les acteurs de la conception et l’exécution de la politique étrangère du Burundi

Durée : 4H

Résumé du cours:
Ce cours porte sur les intérêts et les moyens dont dispose le Burundi pour mettre en oeuvre sa politique étrangère: les intérêts économiques, politiques, géopolitiques, et culturels ; les moyens militaires, économiques et politiques.

Documents :

Document à téléchargerNom du document
République du Burundi, Constitution du Burundi, 2005
République du Burundi, Vision 2025
République du Burundi, Organigramme du Ministère des Relations Extérieures
République du Burundi, Decret N° 100/101 du 3 avril 2013 portant sur la réorganisation du Ministère des relations extérieures et de la coopération internationale
République du Burundi, Assemblée Nationale du Burundi
Résumé du cours

L’influence des médias et de la société civile

Durée : 4H

Résumé du cours:
Ce cours vise à sensibiliser les étudiants sur la diplomatie informelle (« track II diplomacy »), c’est-à-dire l’influence de la société civile et l’influence socio-culturelle sur la mise en oeuvre de la politique étrangère d’un pays. En corrélation avec cette problématique, le cours abordera la notion de sécuritisation, qui est importante pour comprendre légitimation de l’action de l’Etat.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Eytan GILBOA, The CNN Effect: The Search for a Communication Theory of International Relations, Political Communication, 22:27-44, Taylor & Francis Inc., 2005
Edward s. HERMAN, The Propaganda Model: a retrospective, Journalism Studies, Volume 1, Number 1, 2000, pp. 101–112
Thierry BALZACQ, The Three Faces of Securitization: Political Agency, Audience and Context, European Journal of International Relations 2005; 11; 171
Peter GODDARD, Piers ROBINSON, Katy PARRY, Patriotism meets plurality: reporting the 2003 Iraq War in the British press, Media, War & Conflict Vol. 1(1): 9–30, 2008
Ingrid D’HOOGUE, The Rise of China’s public Diplomacy, Netherland Institute of International Relations, July 2007
Résumé du cours

La politique régionale du Burundi

Durée : 4H

Résumé du cours:
Ce cours porte sur les enjeux et les déterminants de la politique régionale du Burundi, à savoir les enjeux et les dynamiques actuelles de la région des Grands Lacs. Cette analyse permettra de mieux comprendre la stratégie suivie par le Burundi dans la région.

Documents :

Lien de téléchargementNom du Document
Andrews ATTA-ASAMOAHET Nyambura GITHAIGA, Regler la crise ‘autour des minerais du conflit’ dans la region des grands lacs, Institute for Security Studies, Policy Brief Nr 36 septembre 2012
International Crisis Group, Comprendre les conflits dans l’est du Congo : la plaine de la Ruzizi, juillet 2013
Alexis ARIEFF, Democratic Republic of Congo: Background and U.S. Policy, Congressional Research Service, Février 2014
Filip REYNTJENS, S. VANDEGINSTE, M. VERPOORTEN, L'Afrique des grands lacs, annuaire 2012 – 2013, L’harmattan, novembre 2013
CNUCED, Rapport 2013 sur les pays les moins avancés, 2013
East African Community, EAC DEVELOPMENT STRATEGY (2011/12 – 2015/16)
Résumé du cours

Storytelling et réthorique du Diplomate

Durée : 4H

Résumé du cours:
La rhétorique est l’instrument principal du diplomate pour faire valoir les intérêts de son pays. Ce cours propose aux étudiants de travailler sur les bases de l’art de l’éloquence à travers des exercises pratiques d’expression écrite et orale et d’analyse de discours.

Documents :

Lien du téléchargementNom du document
Denis BERTRAND, Alexandre DEZE, Jean-Louis MISSIKA, Le «carré sémiotique» des discours politiques, Science Humaines N° 209 - novembre 2009
Aristote, la Rhétorique, Livre Premier, -329 av. JC.
André MOTTE, L’Art rhétorique d’Aristote, une oeuvre pour notre temps ?, Peitho, Examina antiqua 1 ( 3 ) / 2012
Guillaume NICAISE, Comment influencer un processus décisionnel, Le Laboratoire de la Gouvernance, Mars 2014,
Résumé du cours

Les grands enjeux Africains contemporains

Durée : 4H

Résumé du cours:
Ce cours a pour but de sensibiliser les étudiants aux principaux enjeux contemporains auquel fait face l’Afrique et qui ont un lien avec la politique étrangère du Burundi, à savoir le terrorisme (ONUSOM), l’instabilité politique (Operation MISCA au Centrafrique), l’insécurité alimentaire et environnementale (le Conflit en RDC).

Documents :

Lien de téléchargementNom du Document
The roots to peace in the Democratic
Republic of Congo: conservation as
a platform for green development, Richard Milburn
États fragiles… ou états autres ?
Comment repenser l’aide à leur développement, notamment en Afrique ? Claude Duval, François Ettori
Les Etats Fragiles en Afrique: Un paradigme utile pour l'action? Rapport de conférence
International Crisis Group, La crise centrafricaine : de la prédation à la stabilisation, Juin 2014
Résumé du cours

La politique institutionelle du Burundi

Durée : 2H

Résumé du cours:
le Burundi est partie prenante de nombreuses institutions et organisations internationales. Ce cours présente les engagements institutionnels du Burundi et ses implications pour la politique étrangère du Burundi.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Résolution 2090 sur le BNUB
Charte de l'Organisation de l'Union Africaine
Charte des Nations Unies
Communauté Est Africaine, Traité Instituant la Communauté Est Africaine, Novembre 1999
Résumé du cours_Politique Multilatérale du Burundi

La politique Bilatérale du Burundi

Durée : 2H

Résumé du cours:
Ce cours explicite la politique étrangère du Burundi poursuivie dans ses relations avec ses principaux bailleurs de fonds, en particulier la Belgique, la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Union Européenne et la Banque Mondiale.

Documents :

Lien de téléchargementNom du Document
Déclaration de Paris
Terme de Reference du Groupe de Coordination des Partenaires
Politique Nationale de l'Aide au Développement
Cours_Politique bilatérale du Burundi

Introduction: anthropologie des conflits

Durée : 2H

Résumé du cours: Ce cours théorique aborde la notion de conflit dans une perspective sociologique et anthropologique, en présentant les différentes approches et conceptions de conflit. Le cours présentera notamment les notions d’individualisme méthodologique (Boudon), de fonctionnalisme (Parsons) de déviance (Becker), de normalisation (Foucault), de lutte des classes (Marx).

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Brieg CAPITAINE, Antoine MARSAC, Du « cas-limite » de Georg Simmel à la conceptualisation de la violence par Michel Wieviorka : Une exploration des marges du conflit, Emulations – Revue étudiante de Sciences Sociales, 2009, Vol. 3, n°5
Emmanuelle ZOLESIO, Outsiders de Howard Becker et " l'interactionnisme symbolique ",
J.P. FOUCAULT, Leçon du 25 janvier 1978 au Collège de France, Sécurité, territoire, population, 1978
Centre National d’Enseignement à Distance, Classes, stratifications et mobilités sociales, Chapitre 1, pp. 1 à 25
Alain TOURAINE, Conflit Sociaux, Encyclopaedia Universalis
Sun TZU, The art of War, 6th Cent. B.C.
Résumé du cours_anthropologie des conflits

Le constructivisme, le réalisme et le libéralisme et le post marxisme

Durée : 4 H

Résumé du cours: Ce cours présente les différentes écoles de pensée pour comprendre la politique internationale et ces aspects les plus significatifs, à savoir la guerre, les crises internationales, les révolutions. A la fin du cours, les étudiants devraient être capable de comprendre le cadre des relations internationales et ainsi formuler différentes interprétation sur les conflits contemporains. Les écoles de pensée présentées sont :

  • Le Réalisme:Le réalisme classique (T. Hobbes, E. H. Carr), LE réalisme structurel (K. Waltz), Le réalisme offensif et défensif (Mearsheimer), Joseph Grieco (Theory des alliances)
  • Le Libéralisme: la perspective Kantienne, La paix démocratique (W. Wilson), la théorie institutionelle (Keohane, Ikenberry)
  • L’approche constructiviste: la construction sociale du pouvoir (Alexander Wendt), critical theory
  • L’école Anglaise: Hedley Bull and Martin Wight
  • Le Post-Marxisme: l’école de Francfort (Jurgen Habermas)

Realisme/Neo-realisme

Download fileDocument name
Guillaume Nicaise, What is war ? By Clausewitz (Summary), 2011
Stephen Walt, The Renaissance of Security Studies, 1991
Kenneth Waltz, Structural Realism after the Cold War, 2000
John I. Mearsheimer, The False Promise of International Institutions, 1995
Resumé du cours_Réalisme

Liberalisme/Neo-Liberalisme

Download fileDocument name
Perpetual Peace: A Philosophical Sketch, 1795
Governance in a Partially Globalized World, 2000
Keohane, . Power and interdependence revisited, 1997 + summary
Keohane, . Power and interdependence (summary), 1997
Résumé du cours_liberalisme

The Ennglish School

Download fileDocument name
Stanley Hoffman, Hedley Bull and His Contribution to International Relations, 1986
The international political thought of Martin Wight
Résumé du cours_Ecole Anglaise

Constructivisme

Download fileDocument name
Alexander Wendt, Social Theory of International Politics, 1999
Martha Finnemore, National Interests in International Society, 1996
Peter Haas, Learning to learn_Improving international gouvernance, 1995
Résumé du cours_constructivisme

Post marxisme

Lien de téléchargementNom du document
Robert COX, Gramsci, Hegemony and International Relations: An Essay in Method, 1983

Evolution des conflits armés

Durée : 2H

Résumé du cours: Depuis la moitié des années 90, de nombreux analystes considèrent qu’un changement qualitative a eu lieu dans la nature des conflits violents et qu’il est maintenant possible de concevoir un nouveau type de guerre, différent des formes de conflit existant auparavant. Cette nouvelle distinction se focalise sur la dimension ethnique des conflits et distingue les nouvelles guerres civiles comme des phénomènes ayant plus trait à la criminalité qu’à la politique. Ce cours cherche a s’interroger et à expliciter cette nouvelle catégorisation afin d’aider les étudiants à se faire leur propre opinion. Une attention particulière sera dédiée au phénomène de la privatisation de la guerre et l’utilisation de compagnies privées de sécurité.

Documents :

Lien du téléchargementNom du document
Mary KALDOR, New and Old wars, Stanford University Press, 2007
Deborah AVANT, From Mercenary to Citizen Armies: Explaining Change in the Practice of War, 2000
Caroline HOLMQVIST, Private Security Companies: The Case for Regulation, 2005
Christina HELLMICH, Al-Qaeda—terrorists, hypocrites, fundamentalists? The view from within, 2005
Mats BERDAL, David M. MALONE, Greed and Grievance, Economic Agendas in Civil Wars, 2000
Resumé du cours_évolution des conflits

Les plus importants traités internationaux pour le maintien de la paix

Durée : 2H

Résumé du cours: Ce cours présente les principaux traités internationaux gouvernant les relations inter-étatiques depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui.

Documents :

Lien de téléchargement:Nom du Document:
International Committee for the Red Cross, The Geneva conventions of 12 august 1949, 1949
United Nations Organization, United Nations Charter, 1945
United Nations Organization, Vienna Convention on diplomatic relations, 1961
North Atlantic Treaty Organization, North Atlantic Treaty, 1949
International Criminal Court, The Rome Statute instituting the International Criminal Court, 2002
Yubaraj SANGROULA, International Treaties: features and Importance

Méthodologie de prévision des crises

Durée : 2H

Résumé du cours: Ce cours présente la plupart des modèles et méthodologies existants au sein des instituts privés et des instituts internationales pour prédire les crises et l’instabilité.

Documents :

Lien de téléchargement:Nom du document:
International Peace Institute, Preventing Conflicts in Africa: Early Warning and Response, August 2012
Herbert WULF and Tobias DEBIEL, Conflict Early Warning and Response Mechanisms: Tools for Enhancing the Effectiveness of Regional Organisations?
Michael d. WARD, Nils w. METTERNICH, Christopher CARRINGTON, Cassy DORFF, Max GALLOP, Florian m. HOLLENBACH, Anna SCHULTZ, and Simon WESCHLE, Stepping into the future: the next generation of crisis forecasting models,
Criminal Intelligence Service Canada, Strategic Early Warning for Criminal Intelligence: theoretical framework and Sentinel Methodology, 2007
Frederick BARTON, Karin VON HIPPEL, Early Warning? A review of conflict prediction models, Center for Strategic and International Studies
Résumé du cours_ Méthodologie de Prévision des crises

Outils d’analyse des conflits

Durée : 2H

Résumé du cours: Ce cours aborde la notion d’analyse des conflits en s’interrogeant sur les différentes approches existantes, l’utilité de l’analyse de conflits, ses outils et méthodologies, son contenu. Ce sera également l’occasion de s’interroger sur la notion de conflit et confronter les méthodes d’analyse de conflits avec les acquis de l’étude

Documents :

Lien de téléchargement:Nom du document:
Simon MASON et Sandra RYCHARD, Swiss Agency for Development and Cooperation, Conflict Prevention and Transformation Division (COPRET), Décembre 2005
International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC), Conflict-sensitive approaches to development, humanitarian assistance and peace building: tools for peace and conflict impact assessment (Chapitre 2), 1998
Swedish International Development Cooperation Agency, Manual for Conflict Analysis, 2006
Résumé du cours_analyse des conflits

Techniques de négociation de traités internationaux de paix

Durée : 2H

Résumé du cours: Ce cours appréhende la complexité des négociations internationales en intégrant la dimension nationale et internationale (Putnam), la théorie des jeux, l’influence de la société civile sur les négociations internationales. Une attention particulière sera portée sur les techniques de négociation.

Documents :

Lien de téléchargement Nom du document
Robert D. PUTNAM, Diplomacy and Domestic Politics: The Logic of Two-Level Games, International Organization, Vol. 42, No. 3. (Summer, 1988), pp. 427-460.
Daniel DRUCKMAN, Turning Points in International Negotiation: A Comparative Analysis,The Journal of Conflict Resolution, Vol. 45, No. 4, Aug., 2001, pp. 519-544
Daniel LIEBERFELD, Evaluating the Contributions of Track-Two Diplomacy to Conflict Termination in South Africa, 1984-90, Journal of Peace Research, Vol. 39, No. 3, May, 2002, pp. 355-372
Christian DOWNIE, Managing Complexity in International Negotiations: Is there a role for treaty secretariats?, Regulatory Institutions Network, Australian National University
Direction Générale des Affaires Economiques, la négociation internationale, Septembre 2011
Resumé du cours_techniques de négociation de traités de paix

Analyse de la rhétorique et storytelling

Durée : 4H

Résumé du cours: Ce cours appréhende la complexité des négociations internationales en intégrant la dimension nationale et internationale (Putnam), la théorie des jeux, l’influence de la société civile sur les négociations internationales. Une attention particulière sera portée sur les techniques de négociation.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Denis BERTRAND, Alexandre DEZE, Jean-Louis MISSIKA, Le «carré sémiotique» des discours politiques, Science Humaines N° 209 - novembre 2009
Aristote, la Rhétorique, Livre Premier, -329 av. JC.
André MOTTE, L’Art rhétorique d’Aristote, une oeuvre pour notre temps ?, Peitho, Examina antiqua 1 ( 3 ) / 2012
Guillaume NICAISE, Comment influencer un processus décisionnel, Le Laboratoire de la Gouvernance, Mars 2014,
Resumé du cours

La médiation de conflit

Durée : 4H

Résumé du cours: Ce cours présente les différentes techniques de médiation dans un contexte de conflit international ainsi que le rôle des différents acteurs dans la médiation. Un focus spécial sera accordé à la médiation dans le contexte africain, ainsi que sur le rôle de la société civile (track 2 diplomacy).

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Milena DIECKHOFF, Fiche de l’Irsem n° 6 : “La médiation internationale dans la résolution des conflits : Un regard théorique”, Septembre 2011
Teresa WHITFIELD, Pratique de la médiation : le rôle des acteurs externes dans la médiation, Centre pour le dialogue humanitaire, 2012
Organisation des Nations Unies, Directives des Nations Unies pour une médiation efficace, 2012
Daniel LOPES, Médiations politiques africaines « par le haut » : analyse empirique et essai de théorisation. Perspectives internationales, janvier-juin 2013, n° 3, p. 55-69
Dalia DASSA KAYE, Rethinking track two diplomacy: the middle east and south asia, The Netherland Institute of International Relations, 2005
Résumer du cours_Médiation de conflit

L’influence des médias, de la société civile et de la puissance douce

Durée : 4H

Résumé du cours: Ce cours vise à sensibiliser les étudiants sur la diplomatie informelle (« track II diplomacy »), c’est-à-dire l’influence de la société civile et l’influence socio-culturelle sur la mise en œuvre de la politique étrangère d’un pays. En corrélation avec cette problématique, le cours abordera la notion de sécuritisation, qui est importante pour comprendre la légitimation de l’action de l’Etat.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Eytan GILBOA, The CNN Effect: The Search for a Communication Theory of International Relations, Political Communication, 22:27-44, Taylor & Francis Inc., 2005
Edward s. HERMAN, The Propaganda Model: a retrospective, Journalism Studies, Volume 1, Number 1, 2000, pp. 101–112
Thierry BALZACQ, The Three Faces of Securitization: Political Agency, Audience and Context, European Journal of International Relations 2005; 11; 171
Peter GODDARD, Piers ROBINSON, Katy PARRY, Patriotism meets plurality: reporting the 2003 Iraq War in the British press, Media, War & Conflict Vol. 1(1): 9–30, 2008
Ingrid D’HOOGUE, The Rise of China’s public Diplomacy, Netherland Institute of International Relations, July 2007
Résumé du cours_Médias et société civile

La gestion de la diversité culturelle et l’empathie

Durée : 2H

Résumé du cours: Dans un monde où la mondialisation et l’ethnocentrisme s’affrontent au quotidien, la gestion des identités culturelles et linguistiques est devenu un enjeu majeur. Ce cours aborde la notion de rencontre interculturelle c’est-à-dire la rencontre avec autrui, celui qui est différent de soi. Une attention particulière sera donc accordée à la notion d’empathie, c’est-à-dire la capacité humaine de comprendre l’autre de manière affective, dans un contexte de négociation internationale.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Mokhtar BEN HENDA, les contradictions d'une politique de diversité culturelle, hermès 45, 2006
Gérard MARANDON, Au-delà de l’empathie, cultiver la confiance : clés pour la rencontre interculturelle, Revista CIDOB d’Afers Internacionals, núm. 61-62, p. 259-282
Jean DECETY, Neurosciences : Les mécanismes de l'empathie, Sciences Humaines N° 150, Juin 2004
Svetlana RADTCHENKO-DRAILLARD, «Les aspects culturels de la negociation internationale», Les cahiers psychologie politique, numéro 3, Avril 2003
Audrey CHAIKEN, entre soi et l'autre: les défis psychothérapeutiques de l'empathie en contexte transculturel, universite du quebec, montreal, février 2011,
Resumé du cours_ la gestion de la diversité culturelle et l'empathie

Analyse de négociation de traités de paix : les accords d’Arusha (Burundi)

Durée : 4H

Résumé du cours: Le but de ce cours est d’analyser de manière collective le processus de négociation ayant eu lieu à Arusha, en particulier les conditions qui ont permis la signature de l’accord afin de mettre fin à la guerre civile au Burundi.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi, Arusha, Aout 2000
Howard WOLPE, making peace after genocide : Anatomy of the Burundi Process, United States Institute of Peace, 2011
Jean-Pierre CHRETIEN, Le Burundi après la signature de l’accord d’Arusha, Politique africaine n° 80, décembre 2000
Adelin Hatungimana, Jenny Theron, Anton POPIC, Peace agreements in Burundi: assessing the impact, conflict trends
Véronique PARQUE, Conflit burundais et theorie des relations internationale : étude de cas, L’afrique des grands lacs. annuaire 2000-2001, L’Harmattan, 2001
Henri Boshoff , Waldemar Vrey and George Rautenbach, The Burundi Peace Process: From civil war to conditional peace, Monograph 171, June 2010

Analyse du conflit Israélo-Palestinien

Durée : 4H

Résumé du cours: Ce cours se veut une analyse collective du conflit Israélo Palestinien à travers l’utilisation des outils d’analyse des conflits. L’emphase sera exercée sur la dernière guerre à Gaza.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
International Crisis Group, Gaza and Israel: New Obstacles, New Solutions, Middle East Briefing N°39, July 2014
International Crisis Group, The Next Round in Gaza, Middle East Report N°149, 25 March 2014
Economist Intelligence Unit, Country report: Israel, August 2014

Analyse du conflit Syrien

Durée : 4H

Résumé du cours: Suite au Printemps Arabe, des manifestations populaires ont été réprimées dans le sang par le Gouvernement Syrien. Contre toutes expectatives, une guerre civile sanglante s’en suivie, opposant les Sunnites contre la minorité Chiites au pouvoir, divisant le pays et générant une crise humanitaire. L’étude de ce conflit va permettre aux étudiants de mieux comprendre l’internationalisation d’un conflit et les risques de la prorogation d’un conflit armé. Une emphase particulière sera réalisée sur la situation des réfugiés au Liban.

Documents :

Lien de téléchargementNom du document
Intelligence Economist Unit, Country Report: Syria, August 2014
Intelligence Economist Unit, Country Report: Lebanon, August 2014
International Crisis Group, Lebanon’s Hizbollah Turns Eastward to Syria, Middle East Report N°153, May 2014
International Crisis Group, Flight of Icarus? The PYD’s Precarious Rise in Syria, Middle East Report N°151, May 2014

Hunger Games 2: L’embrasement

hunger games Il arrive dans la vie qu’on fasse des erreurs. Dans ce cas, je ne sais pas qui a le plus fauté: le réalisateur qui a osé prétendre que Hunger Games 2 est un film, ou moi qui fut si naif pour le croire. Je m’ennuyais tellement au cinéma que j’en suis venu à penser à ma liste de course pour le lendemain. Dans la salle, les gens soupiraient, se lamentaient à voix basse, puis se fut un soulagement collectif lorsque la lumière s’est rallumée: enfin libre. Comme il pleuvait beaucoup dehors, personne n’est sorti avant la fin.  Hunger Games est en fait une longue publicité pour le prochain film de la série, un pur produit marketing à l’américaine: les effets sonores sont répétitifs (brand association), le scénario est linéaire (storytelling), les valeurs associées à la marque et donc au protagoniste sont évidentes (brand value: liberté, courage,…), etc. C’est pathétique.

Rating: ★☆☆☆☆

Incendies

incendiesIncendies est un film puissant. Il s’agit d’une quête identitaire d’une personne ( Nawal Marwan, interprêté par Lubna Azabal) qui cherche à découvrir et comprendre la vie mystérieuse que sa mère a mené subie. Elle découvre une époque aux circonstances tragiques et dramatiques (la guerre civile au Liban et ses conséquences), un destin hors du commun et des révélations épouvantables qui vont bouleverser sa vie. Incendies est un film provocant et très émouvant, questionnant les convictions politiques, la capacité humaine du pardon, l’acceptation de la réalité, le lien filial. Le jeu d’acteur est globalement bon (seulement quelques petits manques d’authenticité dans le deuxième role, Maxime Gaudette), le scénario est très bien amené, le suspense tient jusqu’au bout, le dénouement de l’intrigue est suprenant, la fin ouverte du film invite à la réflexion. Il est dommage qu’Incendies soit si marquant qu’on ne puisse le voir qu’une fois.

Rating: ★★★★☆

Joséphine

josephineExcellent film, très divertissant, qui joue avec l’humour, tout en subtilité: comique de situation, blagues potaches, protagoniste drôle, déjantée et attachante, bons dialogues, scénario très bien construit et rigolo (l’histoire d’une trentenaire bobo qui se crée des problèmes pour exister)…Que dire de plus? C’est une bonne comédie Parisienne, peut-être parfois un peu trop cliché ou moraliste, mais on passe un très bon moment, c’est l’essentiel.

Rating: ★★★½☆

Le Congrès

le congresCe film d’anticipation est original, troublant et inédit. Il est original de par son scénario qui questionne les limites du divertissement et plonge le spectateur dans un univers où les humains ne sont plus à même de différencier la fiction de la réalité. Il est troublant car on y voit un futur possible, en phase avec l’actuelle quête identitaire occidentale pour une jouissance immédiate et individuelle, sous l’influence d’empires commerciaux difficilement contrôlables. Le trouble provient surtout du concept de realité subjective que développe le film, qui est particulièrement convaincant. Enfin, il est inédit puisqu’il y a un subtil mélange de film et de dessin animé qui trouble le spectateur dans le processus de distanciation de l’intrigue et des images. Le congrès est un film que je recommande. NB: attention, c’est un peu triste et mélancolique, tout comme Valse avec Bashir, l’autre grand film du réalisateur Ari Folman.

Rating: ★★★★☆

Le pouvoir et la domination

pouvoirLa gouvernance, soit l’art et la manière de gérer, reste un concept équivoque. Pourtant, en comprendre les mécanismes et les dynamiques est fondamental pour penser le lien social, la liberté et la solidarité  au sein d’une organisation. Appréhender l’acceptation par un individu d’un rapport de force permet de conceptualiser la normalisation des comportements, l’intégration de règles et de principes moraux. De nombreux sociologues ont déjà avancé des théories sur les modes de gouvernance. Voici un aperçu des concepts clés développés par Barnard, Simon, Gouldner, Perrow, Thevenot, Crozier et Friedberg, Weber, Durkheim, Aron et Parsons:
.
Pour Chester Barnard,¹ il faut comprendre les motivations et les valeurs morales des fonctionnaires pour comprendre les rapports d’autorité. Il considère que le contrôle des dirigeants s’exerce principalement par la morale, celle-ci imposant un désir de coopération et une coopération effective des acteurs. En effet, les acteurs ont intégré la supériorité de l’organisation (la suprématie de l’intérêt collectif sur l’intérêt individuel) qui impose une sublimation de la « personnalité individuelle » par la « personnalité organisationnelle. » Les organisations sont donc des systèmes coopératifs.
.
Au contraire, pour Simon,² l’individu, à travers une rationalité limitée, s’adapte aux contraintes et objectifs de l’organisation pour satisfaire des buts personnels et donc se satisfait des solutions imposées par l’organisation. Ainsi, l’exigence de conformité crée l’uniformité des comportements. Il n’y a pas un besoin de croire en les buts de l’organisation. L’autorité impose alors la conformité à travers les sanctions. La domination s’exerce par le contrôle des choix et des décisions, en limitant « l’étendu des possibles, » la perception cognitive des acteurs.
.
Gouldner ³ différencie « la bureaucratie punitive, » où l’on obéit dans son propre intérêt à des règles imposées, et « la bureaucratie représentative », où les règles sont établies par un accord entre les administrés et les dirigeants et sont justifiées techniquement puis gérées par du personnel qualifié auquel on donne volontairement son assentiment.
.
Charles Perrow 4 considère que la domination des gouvernants s’impose par la force et la légitimité des règles. Le but des dirigeants n’est pas d’augmenter l’efficacité de l’organisation mais d’accumuler toujours plus de pouvoir, l’efficacité n’étant qu’un moyen, pas une fin en soi. La corruption est alors endémique au développement de larges organisations. La bureaucratie est une structure sociale particulière, fondée sur l’interdépendance des personnes « où un citoyen ne doit pas être capable de survivre par lui-même mais doit travailler pour quelqu’un d’autre ». En parallèle, il considère pourtant que la bureaucratie offre une autorité légitime, fondée sur l’expertise.
.
Thevenot a une vision conventionnaliste de l’organisation, qu’il considère comme un univers pacifié. il n’y pas en son sein de mécanismes de pouvoir, les acteurs ont intégré les contraintes, internalisé le principe de domination. Thevenot s’interroge donc sur la convergence des actions pour former des conventions, et non pas sur la construction de la domination.
.
crozierfriedbergPour Crozier et Friedbergles contraintes qui s’imposent aux acteurs et aux actions sont principalement liées aux caractéristiques structurelles de l’organisation. Pouvoir et organisation sont donc pour eux indissolublement liés. Pour ces auteurs, la régulation de l’organisation se fait par des jeux d’acteurs, c’est à dire les règles informelles entre acteurs, qui existent dans les interstices des règles formelles; toute contrainte est négociable et modifiable par les jeux des acteurs. La construction des règles est donc le résultat de l’autonomie, non de la contrainte. Le pouvoir n’est donc pas seulement hiérarchique ou absolu, il s’enracine dans les relations locales et contingentes que les acteurs développent pour construire les règles de leur action.
.
Cependant, le pouvoir obtenu au travers des jeux stratégiques est considéré par Crozier comme illégitime, au contraire de celui des dirigeants qui provient de la hiérarchie officielle et qui est donc légitime. Pour Friedberg, chaque individu est un acteur du gouvernement de l’organisation puisqu’il dispose d’une parcelle de pouvoir, même si les relations de pouvoir sont asymétriques. Il y a interdépendance entre les acteurs, pas de réel rapports de domination.
.
weberMax Weber considère que toute domination est soumise à l’assentiment des personnes. Pour lui, la contrainte est avant tout sociale car le désaveu de l’entourage est une sanction. Il y a donc une obligation d’obeissance sous peine de sanction sociale.
.
Max considère que la domination correspond à la possibilité pour un dirigeant de trouver des personnes prêtes a obéir à un ordre. La puissance est la capacité de faire triompher sa volonté nonobstant les résistances rencontrées. Quant à la discipline, c’est la possibilité de rencontrer une multitude d’individu obéissant. C’est de cette volonté d’obéissance que provient la légitimité du pouvoir. Cette légitimité s’appuie sur un jugement rationnel d’ordre affectif ou de valeur. L’obéissance est rationnel.
.
Dans les 3 formes pures de domination (charismatique, légal-rationnel et traditionnel), il y a toujours une optique d’efficacité pour les dominés, une évaluation de la domination. Il en résulte pour les dominants une éthique de la responsabilité, c’est à dire une force de légitimation du rapport d’obéissance qui oblige à une forme de « redevabilité » (accountability).
.
Cette éthique de la responsabilité n’empêche pas le fait que toute politique utilise comme moyen spécifique la force, derrière laquelle se profile la violence. Un système de gouvernement s’appuie donc sur le recours à la violence et sur son éthique. Tout rapport de domination est ambivalent, incluent aussi bien l’acceptation que l’obligation.
.
durkheimÉmile Durkheim estime également que la contrainte et la domination sont des formes normales de rapport social. Les systèmes sociaux sont structurés par des formes de pouvoir asymétriques accompagnées de sanctions, coercitions morales, sociales et physiques qui sanctionnent une conduite condamnée ou désapprouvée. Ainsi, les acteurs se conforment aux normes. Pour Durkheim, l’obligation morale est plus forte que la peur des sanctions, elle suscite l’obligation, l’obéissance car elle a quelque chose de sacré. Les acteurs feront un effort pour ce qu’il considère comme moralement bon.
.
Il y a une différence entre l’intériorisation des règles ( c’est à dire la morale) et le consensus normatif. Dans le cas de l’intériorisation des règles, les individus ne subissent plus les règles, alors que le consensus normatif s’obtient à travers la coercition des contraintes sociales. A noter que ce sont les contraintes, les règlements, les principes moraux qui permettent aux personnes de comprendre les raisons de leur conduite et donc de contrôler leurs passions et intérêts. Ainsi, la liberté est le fruit de la réglementation.
.
aronRaymond Aron 9 pense que la domination efficace s’appuie autant sur les légitimités que sur les menaces. La force d’un système de domination s’appuie donc sur la capacité des dirigeants à comprendre les raisons profondes de l’obéissance des gouvernés.
.
La domination ‘est jamais totale, il y a 1 dispersion de la puissance qui porte à 1 différence entre la distribution officielle de l’autorité et la répartition effective de la puissance, sauf lorsque des décisions irréversibles sont à prendre. La dispersion du pouvoir dépend des nécessités et des décisions à prendre, mais aussi comment est exercée la domination, à travers des personnes ou à travers les lois.
.
Les lois ne sont donc pas uniquement répressives mais ce qui compte pour comprendre la mesure effective de la liberté, c’est la différence entre les attentes légitimes des individus et le contenu des interdits. Ce n’est pas en multipliant les entraves qu’on diminue la liberté; certains individus préfèrent d’ailleurs sacrifier une partie de leur sphère privée pour être gouverné par leurs pairs afin d’être traité en égaux et se donner une patrie. Aron effectue d’ailleurs une distinction entre « contrainte légitimée » et « contrainte obligée, » la différence étant dans la légitimation: la contrainte ne commence que lorsque l’individu perçoit et devient effectivement l’instrument d’un autre. La question est donc de savoir si l’acceptation d’une domination procède de la volonté ou de la soumission par la force ou le recours à la menace ET si les personnes qui exercent le pouvoir le détiennent effectivement grâce aux capacités et la légitimité exigées par la dimension éthique de la fonction.
.
parsonsEnfin, pour Parsons, 10 les détenteurs de pouvoir s’appuient autant sur des interactions entre les acteurs que sur des commandements univoques et violents. Les acteurs sont capable d’intéprétation et d’appropriation rationelles des normes. L’acteur est influencé par les normes du système social mais possède une certaine autonomie. Ainsi, tout système social permet la cohabitation entre le choix et la contrainte. Cependant, les institutions limite les alternatives possibles.Comme le dit Courpasson,11 « dans la vision de Parsons, le système de pouvoir vient alors appuyer le système sociale pour légitimier les normes, ou pour les imposer éventuellement de force ».
.
Pour Parsons, l’exercice du pouvoir obéit à des règles, qui répartissent les rôles de commandement et d’obéissance entre les membres de la collectivité. La légitimité est alors l’ensemble des des valeurs et croyances qui règlent la répartition des rôles d’obéissance ou de commandement. Le pouvoir, un phénomène de société, n’est pas seulement asservissement mais aussi interaction pour atteindre des buts collectifs, permettant la coopération plutôt que la destruction mutuelle. Il suppose une normativité des conduites et à leur intériorisation. sans quoi le pouvoir devient violence.
.
.
¹ Barnard C. I., The Functions of the Executive, Cambridge, Mass, 1938
² Simon H A, Administrative Behavior, New York, Free Press, 1957
³ Gouldner A, Patterns of industrial bureaucracy, Glecoe, Free Press, 1964
Perrow C., Complex Organizations, A critical Essay, Mac Graw Hill, 1986

Thevenot L, Equilibre et rationnalité dans un univers complexe, Revue économique, numéro spécial, L’économie des conventions, 1989, vol. 40, n°2

 

Crozier M et Friedberg E, L’acteur et le système, Les contraintes de l’action collective, Le Seuil, 1977

 

Weber Max, Economie et Société, Paris, Plon, coll. Agora, 1995

Weber Max, Le Savant et le Politique, Paris, UGE, Coll. 10/18, 1995

Durkheim Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF (éd. 1995), 1937
Aron Raymond, Etudes Politiques, Paris, Gallimard, Bibliothèque de sciences humaines, 1972
10 Parsons T, The structure of social action, New York, Free Press of Glencoe (traduction française , Elements pour une sociologie de l’action, Paris, Plon, 1955), 1949

11 Courpasson David, L’action contrainte. Organisations libérales et domination, PUF, Paris, 2000

La Grande Belleza

grande bellezaLa Grande Bellezza est à l’image d’une époque, d’un pays en pleine désillusion. Ce film met en opposition toute la grande beauté (grande bellezza) des paysages, de la musique sacrée et de la ville de Rome avec la décadence de la vie et de l’âme des personnages du film, en particulier la vie du protagoniste, un riche journaliste et critique d’art de Rome, menant une vie mondaine. Talentueux mais feignant, sensible mais désabusé, ce dernier a su vivre ses envies et la grande vie, assumant pleinement ses vices, sa recherche du plaisir et de la frivolité. Cependant, à 65 ans,  Jep Gambardella cherche à renouer avec ses racines, pour trouver un sens à son existence et comprendre comment il a pu manquer l’essentiel, l’amour et la capacité d’écrire..Il s’agit d’un film visuellement beau et captivant, intellectuel et existentialiste, mais noir et sans concession. Ce film, un hommage à la belle époque italienne, en particulier La dolce Vita de Fellini, mérite sa place dans toutes les bonnes filmothèques.

Rating: ★★★★☆

The Island

the islandVoila un film comme on voudrait en voir plus souvent. Ce film, c’est comme le cochon, tout est bon. Le jeu d’acteur est bon, le scénario est original, les effets visuels et les décors sont parfaits, les scènes d’action rondement menées. La thématique touche les progrès de la biotechnologie et les problèmes éthiques qu’elle suscite. Ce film d’anticipation relate l’histoire de deux clones qui prennent conscience de leur condition et cherchent à faire valoir leur droit d’exister au même titre que leur créateur, devant alors affronter l’hostilité de leur fabricant et leurs commanditaires pour survivre. A voir absolument!

Rating: ★★★★☆

La démocratie de demain

Les dynamiques de l’évolution des démocraties contemporaines sont déjà aujourd’hui perceptibles dans l’émergence des médias sociaux et les actuelles désillusions politiques. Dans un avenir proche, point d’homme providentiel accaparant tous les espoirs d’un pays, point de concentration outrancière du pouvoir politique.

La force du peuple réside aujourd’hui dans sa capacité à s’organiser en réseaux, de cristalliser ses intérêts communautaires et ses revendications politiques sans organisation hiérarchique centralisée. Les corporations professionnelles, les communautés citoyennes locales ou identitaires, les classes sociales sont déjà aujourd’hui à même de défendre leur vision de la répartition des richesses communes à une nation ou un continent et cette tendance ne fera que s’accroître  L’avenir ne réside pas en l’individu mais en sa capacité de s’identifier à ses semblables et faire valoir ses droits, qu’il soit riche ou pauvre. Le futur sera communautaire, mais un communautarisme au service de l’individu car l’État doit toujours rester au service des individus et du peuple.

Paulette

pauletteCe film m’a fait beaucoup rire. Le réalisateur ( Jérôme Enrico) joue sur l’image et le comportement attendu d’une personne âgée (sage, morale et désintéressée) en mettant en scène une vieille dame dépourvue de moyens mais sans scrupules pour améliorer sa condition. Paulette est une Tatie Danielle moderne des banlieues, aigrie, raciste et égoiste, qui, à travers son ambition, va réapprendre à aimer le monde dans lequel elle vie. Comme dit le prêtre dans le film, les voies du seigneur sont impénétrables… » Une bonne comédie originale, légère et divertissante, un moment de détente toujours bienvenu.

Rating: ★★★½☆

Amer Beton

amer betonAmer Beton est un excellent manga japonais. Tout en délivrant une histoire originale et fantastique de 2 jeunes vagabonds luttant tant pour leur survie que la protection de la ville, Matsumoto a su toucher de nombreuses thématiques importantes: le besoin d’amour et de candeur face à la recherche et les responsabilités du pouvoir, la complexité et l’ambivalence des personnes et des sentiments, les liens et l’interdépendance entre les vivants, le changement…Un film touchant, tant dans sa simplicité allégorique que dans sa complexité philosophique: une vision japonaise du monde et un monde en soi. Comme dit Blanc dans le film, « Sois heureux! »

Rating: ★★★★☆

Le livre blanc de la défense 2013

livre blancLe nouveau livre blanc de la Défense et sécurité nationale vient de paraître. La commission chargée de sa  rédaction a été dirigée par Jean-Marie Guéhenno, un diplomate ayant été secrétaire général adjoint du département des opérations de maintien de la paix de l’ONU et assistant auprès de Kofi Annan dans la mission en Syrie. Le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale se veut un exercice de style consensuel, qui apporte cependant une compréhension de la stratégie de défense française à qui sait lire entre les lignes. Essayons donc d’analyser les grandes lignes de ce document de 160 pages:

Les fondements de la stratégie de défense et de sécurité nationale

Tout en mettant l’accent sur l’indépendance et la souveraineté de la Nation, le livre blanc ne remet pas en cause l’engagement de la France auprès de l’OTAN ou l’Europe de la Défense, en cherchant notamment à accroître ses partenariats avec l’Allemagne et le Royaume Uni et ses autres alliés, dans le domaine militaire et les industries de défense. Il n’y a donc pas de rupture avec la politique de défense de la présidence précédente. La France considère que le rôle de l’OTAN est avant tout pour la défense collective mais conçoit également son engagement dans des opérations de gestion de crise, « dans le traitement des menaces transverses et dans des activités de sécurité collective. » Le livre blanc insiste sur la maitrise des financements et la priorisation des projets.

L’OTAN et l’Union Européenne (UE) ne sont pas considérées comme des concurrentes dans le domaine de la Défense, mais bien au contraire de nature complémentaire dans leurs opérations extérieures. Même si aucun détail n’est donné sur la nature de cette complémentarité, on peut émettre l’hypothèse d’une différenciation sur le type et la localisation des théâtres d’intervention, l’UE ayant une propension à intervenir pour la réussite de transitions politiques au Proche Orient, pour la sécurité et la paix dans le Sahel, les Balcans et le Caucase. Cependant, la France a un petit faible pour l’UE: « Le cadre européen a vocation à devenir le cadre de référence dès lors qu’il s’agit de mobiliser toute la gamme des instruments civils et militaires requis pour mettre en oeuvre une approche globale des crises. » Voyons les grandes lignes de ce projet européen.

« La France souhaite que l’UE renforce, de façon pragmatique, la réactivité et les capacités d’intervention des forces qui peuvent être mises à la disposition de la PSDC » et le rôle du service d’action extérieure de l’UE. En outre, « la France entend résolument s’engager dans l’initiative de mutualisation et de partage capacitaire (pooling and sharing) adoptée en 2010 par les ministres de la défense de l’Union européenne. » En particulier, la France (encore et toujours elle) propose que soit renforcée la cohérence des différentes politiques sectorielles actuellement mises en oeuvre par l’Union dans les domaines de la protection (terrorisme, gestion de crise, continuité d’activité, NRBC-E, cybersécurité) et du développement des technologies de sécurité.

Au niveau des Nations Unies, « La France soutient une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies qui ferait place à de nouveaux membres permanents » soutenant la candidature de l’Inde, du Brésil, du Japon et de l’Allemagne. » A mon sens, bien que ce choix tactique tende à renforcer l’influence stratégique de l’Europe au sein de l’ONU à travers l’Allemagne, il est risqué puisqu’il limitera encore plus le consensus et la capacité d’intervention de l’ONU ainsi que le poids politique de la France dans le monde. Tout dépend des contreparties que la France peut obtenir pour son soutien..

Enfin, la France circonscrit son action extérieure à sa légitimité internationale et au principe de la « responsabilité de protéger. » Ce principe permet à la communauté internationale d’enfreindre la souveraineté d’un Etat si cet État n’est pas en mesure de protéger sa population. C’est notamment un principe cher à l’International Crisis Group, dont Mr Jean-Marie Guéhenno fait partie. En outre, le livre blanc met l’emphase sur le besoin pour la France d’inscrire son action dans le cadre des institutions et instruments de gouvernance mondiale, tout en soulignant leur faiblesse et leur inadaptation face aux nouvelles menaces, ce qui est un paradoxe. En outre, selon le livre blanc, l’intervention extérieure a trois objectifs : assurer la protection des ressortissants français à l’étranger ; défendre les intérêts stratégiques de la France et de ses partenaires et alliés ; et exercer ses responsabilités internationales.

L’état du monde et les priorités stratégiques

En ce qui concerne l’Iran, la France considère ce pays comme un danger, « qui, en violation de ses engagements internationaux et de six résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, poursuit, sans justification civile, ses activités d’enrichissement nucléaire avec pour objectif de maîtriser des capacités nucléaires militaires. » Le risque de prolifération nucléaire, lié à des problématiques régionales, reste donc une menace directe pour la France. En effet, « l’Iran dispose de missiles balistiques de portée suffisante pour atteindre le territoire de pays de l’Union européenne et de l’OTAN. Certaines de nos forces déployées en opération extérieure (Liban et Afghanistan), plusieurs de nos points d’appui et bases militaires ainsi que des pays auxquels nous sommes liés par des accords de défense (Émirats arabes unis, Qatar, Koweït, Djibouti) sont aujourd’hui à portée de frappes balistiques de courte et moyenne portées lancées par des acteurs régionaux. »

En ce qui concerne l’Asie, le rapport souligne la course aux armements et un risque d’instabilité croissant. Ce risque  de conflits potentiels entre puissances asiatiques ne menace pas la France mais elle n’en est pas moins concernée en tant qu’alliée des Etats-Unis, par sa présence dans le pacifique et l’Océan Indien et son rôle au conseil de sécurité de l’ONU.

En ce qui concerne la Russie, la France met en exergue son réarmement progressif et sa politique de puissance, tant dans le domaine militaire qu’énergétique. Les relations des pays de l’UE (et donc la France) avec la Russie sont donc ambivalentes, oscillant entre coopération militaire (à travers l’OTAN et les accords bilatéraux pour l’équipement militaire), une dépendance énergétique et des convergences (Mali, Afghanistan) et divergences géopolitiques (Syrie).

La fragilité de certains États (Yemen, Pakistan, Afghanistan, Syrie), incapables d’exercer leurs responsabilités régaliennes sur leur territoire, est une menace directe pour la France. En effet, le risque de guerre civile et de déstabilisation de la région est accru; le pays peut devenir un sanctuaire pour des groupes criminels, un espace de transit des trafics, ou une base arrière de groupes terroristes permettant à ceux-ci de développer leur action à grande échelle. En outre, la globalisation a accru la porosité des frontières, augmentant le risque de menace directe.

Le risque terroriste demeure donc important et hautement probable, menaçant aussi bien les intérêts occidentaux que des conflits locaux (Nigeria, Somalie, Syrie, Irak,..). Des groupes se réclamant d’Al-Qaida disposent d’une capacité opérationnelle indépendante. Leur mode opératoire a évolué notamment dans le domaine des explosifs; les prises d’otages se sont multipliées. En outre, l’interconnexion des systèmes d’information rend les pays occidentaux vulnérables à une attaque terroriste. Certains États (ou groupuscules) développent des capacités informatiques offensives qui représentent déjà une menace directe contre des institutions, entreprises et secteurs clés pour la vie de la Nation.

Les risques naturels, sanitaires (pandémies) et technologiques sont également d’actualité, notamment dans les outre-mer où vivent 3 millions de Français. La zone Antilles-Guyane est une zone d’insécurité importante de par le risque de catastrophe naturelle et la présence de très nombreux trafics illicites transnationaux : drogue (la région est à l’origine de la moitié de la production mondiale de cocaïne), orpaillage illégal (orpaillage signifie chercher de l’or), blanchiment d’argent, immigration clandestine, pêche illégale, etc.

La méditerranée conserve une importance stratégique fondamentale pour la France. La Turquie est d’ailleurs maintenant considérée comme un allié de premier plan, ce qui est nouveau par rapport à la présidence précédente. Le Maghreb revêt pour la France une importance particulière, notamment dans le contexte instable faisant suite aux révolutions arabes, la France ayant peur d’une « dérive sécuritaire » dans certains pays. Le Sahel, de la Mauritanie à la Corne de l’Afrique, ainsi qu’une partie de l’Afrique subsaharienne sont également des zones d’intérêt prioritaire pour la France, comme l’illustre l’actuelle implication de l’hexagone dans la crise Malienne. « Huit accords de partenariat de défense (Cameroun, Centrafrique, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Sénégal, Togo) et seize accords techniques de coopération accompagnent les États africains dans l’appropriation et la maîtrise de leur sécurité. »

La stabilité du Proche-Orient et du Golfe Arabo-Persique est également prioritaire, en raison du risque de prolifération nucléaire, des réserves énergétiques considérables de la région et son positionnement en tant que zone de transit. Dans le Golfe Arabo-persique, la France est liée par des accords de défense à trois États de la région (Émirats arabes unis, Koweït et Qatar) et a établi une base interarmées à Abu Dhabi. Un accord de coopération militaire a été signé avec Bahreïn et des relations étroites sont entretenues avec l’Arabie Saoudite.

En Asie, la France se sent concernée par la sécurité de l’océan Indien. En Asie du Sud, la sécurité de ses approvisionnements énergétiques, la lutte contre le terrorisme et la prolifération nucléaire restent une priorité stratégique. On remarque toutefois que le rôle de la France en Afghanistan n’est pas véritablement abordé dans le livre blanc. En Asie orientale, la France participe par sa coopération de défense à la sécurité de plusieurs pays de la région, notamment l’Indonésie, la Malaisie, Singapour et le Vietnam.

Enfin, dans le Pacifique, la France a conclu un accord de partenariat stratégique avec l’Australie en 2012. En Amérique Latine, rappelons que la France a conclu un accord stratégique en 2006 avec le Brésil (éducatif, économique, militaire, spatial) et entends accroître la coopération de défense avec l’Argentine, le Chili, la Colombie, le Mexique et le Pérou (sans donner de détails sur l’ampleur et le contenu de cette coopération).

La mise en oeuvre de la stratégie

Dans la mise en œuvre de la stratégie, il n’y a pas de grands changements par rapport au livre blanc de 2008. Les 5 grandes fonctions stratégiques identifiées en 2008, restent les mêmes : connaissance et anticipation, dissuasion, protection, prévention et intervention. En matière de connaissance et anticipation, un coordinateur national du renseignement, comme son nom l’indique, coordonne l’action des services de renseignement et s’assure de leur bonne coopération. Le conseil national du renseignement, qui se réunit sous la présidence du Chef de l’État, doit assurer le pilotage stratégique du renseignement. La coopération interservices a été favorisée par l’émergence d’une « communauté du renseignement », composée de six services : deux à compétence générale, la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), et quatre services spécialisés, la direction du renseignement militaire (DRM), la direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD), la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) et le service de traitement du renseignement et d’action contre les services financiers clandestins (TRACFIN).

Le livre blanc prévoit un renforcement de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Il prévoit également une mutualisation accru avec les partenaires européens dans le domaine du renseignement d’origine spatiale. La France va également se doter de drones de moyenne altitude longue endurance (MALE) équipés de capteurs pour le renseignement et la localisation de cibles potentielles, d’avions légers de surveillance et de reconnaissance ainsi que des pods de reconnaissance de nouvelle génération. Selon moi, les Etats-Unis étant leader dans le secteur, il y a de fortes chances qu’on s’approvisionne chez eux. Le renforcement des capacités française dans le domaine cybernétique est également au programme, notamment pour la sécurité des systèmes d’information de l’État.

En terme de protection, la France considère comme une priorité la défense antimissile de théâtre et l’alerte avancée. Dans le cadre de l’Otan, elle soutient le programme de développement commun d’un système de commandement visant à coordonner les moyens concourants à la défense contre les missiles balistiques. En matière de prévention, la France s’appuiera sur des déploiements navals permanents dans une à deux zones maritimes, sur la base des Émirats arabes unis et sur plusieurs implantations en Afrique. S’agissant de l’Afrique, une conversion de ces implantations sera réalisée afin de disposer de capacités réactives et flexibles, à même de s’adapter aux réalités et besoins à venir du continent.

Les moyens de la stratégie

Venons-en maintenant à la question des moyens. « L’effort de défense de la France s’établira à 364 Md € 2013 sur la période 2014-2025, dont 179 Md € 2013 pour les années 2014 à 2019, période de la prochaine loi de programmation militaire. C’est peu.

Les forces et les moyens des forces spéciales seront accrues, tout comme les capacités de cyberdéfense. Cependant, « de l’ordre de 34 000 postes seront supprimés au sein du ministère de la Défense durant la période 2014-2019, dont plus de 10 000 étaient d’ores et déjà programmés en 2008 au titre au titre de la déflation de 54 900 postes pour la période 2009-2015. Ils porteront prioritairement sur le soutien et les administrations et services. »

Le plus choquant reste le traitement infligé aux jeunes. Le livre blanc justifie le recrutement  contractuel plutôt que le recrutement de carrière car il y a un « impératif de jeunesse » au sein des forces armées et donc « un besoin de renouvellement important des forces vives opérationnelles ». En quoi les jeunes seraient plus attirés par des contrats plutôt que des perspectives de carrière, le livre blanc ne l’explique pas. Mais la cerise sur le gâteau reste à venir: « Afin de favoriser le recrutement de jeunes dans les armées, le caractère précaire des débuts de carrière militaire doit être compensé par des opportunités de progresser dans les grades et dans les corps et par une formation enrichissante et qualifiante qui favorise la reconversion. » La gauche au pouvoir assume complètement le fait que les jeunes soient précaires, même dans l’armée, mais ce n’est pas grave puisqu’on leurs offre des formations enrichissantes (le mot est bien choisi). Quant aux possibilités de progression que le livre blanc nous fait miroiter alors que le recrutements contractuel est mis en avant, il s’agit clairement de foutage de gueule.

Malgré ces atteintes à l’intégrité de notre système de défense, le cadre opérationnel reste définit par 4 principes directeurs : 1) le maintien de l’autonomie stratégique en conservant les capacités indispensables à la défense de nos intérêts vitaux, nécessaires à la prise d’initiative dans des opérations simples et probables (commandement interarmées, renseignement et capacités de ciblage, forces spéciales, moyens de combat au contact de l’adversaire), ou liées à la capacité de peser dans une coalition afin de conserver notre indépendance (moyens de frappes précises dans la profondeur, capacité autonome à « entrer en premier » sur un théâtre d’opérations de guerre, capacité de commandement permettant d’assumer le rôle de nation cadre pour une opération interalliée de moyenne ampleur ou un rôle d’influence préservant notre souveraineté dans une action multinationale). 2) La cohérence du modèle d’armée avec les scénarios prévisibles d’engagement des forces (opérations de gestion de crise, réponse à une agression d’un pays allié, défense contre les risques liés à la mondialisation) 3) Le principe de différenciation des forces, tant dans l’équipement que dans l’entrainement ; 4) le principe de mutualisation des capacités rares et critiques au bénéfice de plusieurs missions, notamment en mettant en commun les moyens techniques du renseignement. Cette mutualisation se fera également aux niveaux européens.

Dans le cadre de la fonction stratégique de protection, les postures permanentes de sûreté terrestre, aérienne et maritime seront tenues dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui. L’engagement des armées en renfort des forces de sécurité intérieure et de sécurité civile en cas de crise majeure pourra impliquer jusqu’à 10 000 hommes des forces terrestres, ainsi que les moyens adaptés des forces navales et aériennes. Dans le domaine de la prévention, le modèle d’armée permet un déploiement naval permanent dans une à deux zones maritimes, le recours à la base des Émirats arabes unis et au prépositionnement sur plusieurs implantations en Afrique.

Dans le cadre des missions permanentes de la France et « pour garantir sa capacité de réaction autonome aux crises, la France disposera d’un échelon national d’urgence de 5 000 hommes en alerte, permettant de constituer une force interarmées de réaction immédiate (FIRI) de 2 300 hommes. Cette force sera projetable à 3 000 km du territoire national ou d’une implantation à l’étranger, dans un délai de 7 jours. Avant ce délai de 7 jours, la France reste capable de mener une action immédiate par moyens aériens. La FIRI sera composée de forces spéciales, d’un groupement terrestre interarmes de 1 500 hommes équipé d’engins blindés, d’hélicoptères, d’un groupe naval constitué autour d’un bâtiment de projection et de commandement, de 10 avions de chasse, d’avions de transport tactique, de patrouille maritime et de ravitaillement en vol, et des moyens de commandement et de contrôle associés. »

Les armées devront remplir des missions non permanentes d’intervention à l’extérieur des frontières. À ce titre, elles pourront d’abord être engagées simultanément et dans la durée dans plusieurs opérations de gestion de crise. Elles devront pouvoir mener ce type d’opérations dans la durée sur deux ou trois théâtres distincts dont un en tant que contributeur majeur. Le total des forces engagées à ce titre sur l’ensemble des théâtres sera constitué, avec les moyens de commandement et de soutien associés : – de forces spéciales et d’un soutien nécessaire à l’accomplissement des missions envisagées ; – de l’équivalent d’une brigade interarmes représentant 6 000 à 7 000 hommes des forces terrestres, équipés principalement avec des engins blindés à roues, des chars médians, des moyens d’appui feu et d’organisation du terrain, des hélicoptères d’attaque et de manoeuvre ; – d’une frégate, d’un groupe bâtiment de projection et de commandement et d’un sous-marin nucléaire d’attaque en fonction des circonstances ;- d’une douzaine d’avions de chasse, répartis sur les théâtres d’engagement.

Enfin, les armées devront être capables de mener en coalition, sur un théâtre d’engagement unique, une opération à dominante de coercition, dans un contexte de combats de haute intensité. La France pourra engager dans ce cadre, avec les moyens de commandement et de soutien associés :- des forces spéciales ;- jusqu’à deux brigades interarmes représentant environ 15 000 hommes des forces terrestres, susceptibles d’être renforcées par des brigades alliées pour constituer une division de type OTAN, dont la France pourra assurer le commandement ;- jusqu’à 45 avions de chasse incluant les avions de l’aéronautique navale ;- le porte-avions, 2 bâtiments de projection et de commandement, un noyau clé national d’accompagnement à base de frégates, d’un sous-marin nucléaire d’attaque et d’avions de patrouille maritime. La permanence de cette capacité aéronavale pourra s’inscrire dans le cadre de la force intégrée franco-britannique prévue par les Accords de Lancaster House.

A noter une initiative intéressante dans la gestion des crises, il s’agit de la volonté de coordonner et de renforcer des capacités interministérielles et de renforcer l’action civile sur le terrain. De même dans l’élaboration d’une analyse globale de tous les risques et de tous les secteurs confondus pour la sécurité nationale, l’ensemble des ministères et des organisations publiques et privées ont été sollicités. Cette analyse devrait être achevée avant fin 2014. La menace informatique y est particulièrement prise au sérieux.

Enfin, la crise économique et les réductions budgétaires menacent aujourd’hui le domaine de l’industrie française de la défense. Cette-ci regroupe plus de 4 000 entreprises, dont un nombre important de petites et moyennes entreprises, qui réalisent un chiffre d’affaires global de 15 milliards d’euros et emploient de l’ordre de 150 000 personnes, dont 20 000 hautement qualifiées. Elle exporte, selon les années, 25 % à 40 % de sa production et contribue ainsi de façon positive à la balance commerciale de notre pays. Ce sera donc un coup rude pour notre industrie. Quant à l’industrie de la sécurité, c’est un marché en pleine expansion. L’industrie française dans le domaine de la sécurité représente 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires et un nombre important d’emplois hautement qualifiés.

Conclusions personnelles

Ce livre blanc est marqué par le contexte de crise économique. Les réductions d’effectifs semblent compensées par une modernisation des moyens, une tendance déjà présente en 2008. Il n’y a pas non plus de changements stratégique majeur entre le livre blanc de 2008 et celui de 2013, ni dans la conception du rôle international de la France, ni dans sa perception de l’OTAN et et de l’UE.

Le bassin méditerranéen et le Moyen-Orient étaient déjà des zones stratégiques prioritaires il y a 5 ans, elles le sont encore plus aujourd’hui suite au printemps arabe et les menaces sécuritaires accrues. La Turquie était la grande absente du livre blanc 2008 (malgré une politique française délétère par la suite), elle est aujourd’hui considérée comme un partenaire majeur de notre politique de défense. Les menaces identifiées en 2008 sont encore d’actualité aujourd’hui. Simplement la menace cybernétique semble s’accroître.

Ce qui est innovant et peut être bénéfique, c’est la volonté d’optimiser et d’unir les forces civiles et militaires, notamment en développant plus de partenariats interministériels dans la gestion des crises. Cela témoigne d’une prise de conscience que les crises actuelles sont d’origine civil-militaire et qu’une réponse globale est nécessaire. Ce qui est calamiteux, c’est cette volonté de précariser les jeunes jusque dans l’armée, la doctrine néoliberale ayant finalement réussi à contaminer toute notre structure étatique, jusque dans l’armée. Cela n’est pas une conséquence de la crise, il s’agit d’un choix délibéré, qui aurait pu être évité.

 

 

Cloud Atlas

cloud atlas

Cloud Atlas est un film d’action et de science fiction réalisé par les Wachowski et Tom Tykwer. Avec un budget de 100 millions de Dollars, le film a les moyens d’être beau. Il s’agit de 6 petites histoires entrecoupées,se déroulant dans des époques différentes, mais avec les mêmes personnages. Chaque personnage possède de lourdes tendances héréditaires, provenant, semble-t’il, de la réincarnation. Ainsi, les traits de caractère se perpétuent et portent à être soit vertueux, soit vicieux. Le film se veut avoir une portée révolutionnaire où le peuple à conscience que l’union fait la force et s’assemble dans une lutte pour un futur meilleur. A l’affirmation « vous n’êtes qu’une goutte d’eau dans l’océan », l’un des personnages répondra « qu’est-ce qu’un océan, si ce n’est une multitude de gouttes d’eau ? » Les gentils se sacrifient donc pour des causes collectives qui transcendent leur destinée et pour modifier l’ordre existant et à venir, alors que les méchants sont individualistes et/ou conservateurs. Ainsi, les gentils idéalistes vont tout à tour lutter contre l’esclavagisme, des compagnies pétrolières belliqueuses, un régime totalitaire, des méchants cannibales, la survie des terriens. Une vision simpliste de la politique et des hommes, mais un bon moment de cinéma. A voir

Rating: ★★★½☆

The Master

the masterVoilà un film éloquent sur les théories et pratiques de la Scientologie, tout en se distanciant de la réalité et se gardant d’apporter un jugement définitif sur la question. On découvre les débuts de la Cause à travers un homme perdu suite à ses traumatismes de la seconde guerre mondiale et qui, par un hasard de la vie, vient à rencontrer « le Maître », un thérapeute illuminé  qui lui apporte une famille et du réconfort, voire un surcroit de stabilité mentale. Le maître est interprété par Philip Seymour Hoffman, toujours impressionnant dans des rôles d’homme charismatique (Truman Capote). Quant au protagoniste, Joaquin Phoenix joue assez bien son rôle mais n’a pas su faire évoluer son personnage au cours du film. De même, on regrette que le film ne soit pas suffisamment incisif sur les mécanismes psychologiques qui mènent les adeptes à la dépendance, l’attachement et la fascination pour la cause. Cela reste tout de même un film intéressant.

Rating: ★★★½☆

Poulet aux prunes

pouletPoulet aux prunes est un film doucement mélancolique, l’histoire d’un amour impossible, d’un artiste incompris,  d’une vie de famille compliquée. Malgré ce scénario mélodramatique, ce film dégage une poésie et une légèreté que le rend attachant, grâce à ses filtres qui lui donne un caractère suranné, son ambiance orientale un brin caricatural et ses pointes d’humour (merci Jamel). C’est un beau film de cinéma, transcendant, divertissant et dépaysant. Un beau voyage imaginaire.

Rating: ★★★½☆

Real Humans (Äkta Människor – les véritables humains)

real humansExcellente série suédoise de science-fiction sur l’interaction entre les Hommes et leur création, les robots. Ces derniers sont devenus tellement utiles et perfectionnés qu’il devient difficile de les différencier des Hommes (si on considère que tous les Hommes sont utiles et perfectionnés) et sont omniprésent dans la société. Certains Hommes les préfèrent d’ailleurs à leurs semblables, portant certains autres à les détester. Du côté des robots, la majorité accepte sa condition d’esclave, mais une minorité semble doter de conscience (ils sont libres!) et se rebellent. Cette série aborde les mêmes thématiques que le manga et le film Ghost in the Shell, paru en…1989!! Que peut-on considérer comme « être vivant » ? Qu’est-ce qui distingue l’être humain d’un robot ayant conscience de son existence ? Qu’est-ce qui fait la spécificité de la pensée humaine ? Le débat reste plus que jamais d’actualité. Attention, cette série est addictive. ( actuellement disponible sur le site de la chaîne Arte, ici)

Rating: ★★★★☆

Au bout du conte

au bout du conteAu bout du conte est une comédie bien française, qui parle de la complexité des sentiments et des engagements, de l’inconstance du cœur et du corps, de la difficulté d’interagir dans la vie moderne parisienne. Les liens familiaux y sont remis en question, l’individualisme s’oppose au besoin de se lier et donc d’exister, le réalisme se confronte à l’envie du rêve et de la magie. En revisitant les contes de notre enfance, Agnès Jaoui nous montre toute la distance qui nous sépare aujourd’hui de ces époques où les contes ont été écrits, où tout du moins du fossé entre le modèle idéal qu’on nous soumet durant l’enfance et la vie d’adulte. Jaoui et Bacri se montrent fidèles à eux mêmes, lui bougon, attachant et drôle, elle nature, vivante et compliquée. Un très beau film, haut en couleurs. Bravo à Mme Jaoui qui, en 1h30 de film, a su faire vivre autant de personnages et d’intrigues tout en gardant une certaine profondeur.

Rating: ★★★★☆

Touristes (sightseers)

touristesTragi-comédie à l’humour noir bien réussie. C’est l’histoire d’un nouveau couple qui décide de partir en voyage pour vivre ensemble une aventure dans la campagne anglaise. Cependant ils doivent  faire face à de petites contrariétés, dont le caractère légèrement antisocial de Monsieur. Sa compagne fera des efforts pour mieux le comprendre et être en phase avec lui. Un beau geste d’amour..Film surprenant, farfelu, original et divertissant. On sent que cela a dû être un plaisir d’écrire le scénario..

Rating: ★★★½☆

Sugar Man

sugar manSugar  Man relate le destin incroyable de Sixto Rodriguez, un talentueux musicien Américain inconnu dans son pays mais célèbre sans le savoir à 14 000 kilomètres de là, en Afrique du Sud. Pendant 30 ans, Sixto Rodriguez a ignoré son succès, vivant une vie ordinaire de maçon à Detroit. Seules la curiosité et la témérité de 2 journalistes lui permettront de rencontrer enfin son immense public. Ce documentaire est excellent, non seulement par sa réalisation, mais parce qu’il met en scène un homme intègre, simple et attachant, ayant marqué une époque et un pays. Sans oublier un élément fondamental: la musique du film est géniale!
Rating: ★★★★½

Limitless

limitlessLimitless est un très bon film, de part son rythme haletant, son jeu d’acteur (Bradley Cooper, Robert de Niro) et sa mise en scène. Le film relate la réussite sociale d’un héros dont les facultés intellectuelles sont démultipliés grâce à une drogue de synthèse. Profondément marqué par son époque et son origine américaine, cette intelligence n’est mise à profit que pour servir les intérêts individuels du protagoniste, être vaniteux et immoral avide d’argent, de pouvoir et de plaisir facile. Seule l’ascension sociale compte, autrui n’est plus qu’un prédateur et la compétition fait rage. Le héros va donc se complaire à merveille dans le monde de la finance. Ce film incarne a lui tout seul le rêve américain. A voir absolument!
Rating: ★★★★☆

Oblivion

oblivionUne très belle déception. Ce film est une daube qui a dû décevoir bon nombre de fans de science fiction. Le scénario a du être écrit par un enfant de 7 ans ayant passé trop de temps devant la télévision. Comme une mauvaise recette de cuisine, on mélange un peu de tout (clones, extra-terrestres, contamination, histoire d’amour, lutte pour la survie d’un groupe d’humains,…), on secoue, et on obtient..un plat dégueu’. Heureusement qu’on a inventé les effets spéciaux pour cacher la misère d’un scénario, mais parfois, cela ne suffit pas.

Rating: ★½☆☆☆

Les Kaira

kairaLes Kaira, c’est un film génial, avant tout pour son humour tout au long du film maniant des blagues rigolotes, de l’ironie, de la parodie, du comique de situation, de l’autodérision,..on rit beaucoup, tout en appréciant un scenario original qui tient la route. Film à voir absolument!

Rating: ★★★★☆

Jack Reacher

jackFilm de divertissement réussi, mais à l’américaine et qui risque d’être vite oublié. Tom Cruise joue plutôt bien son rôle de justicier; scenario rocambolesque mais bien amené. Le protagoniste est une sorte de superhéros: physique attractif, maîtrise des techniques de combat, mémoire exceptionnelle, intelligence remarquable, etc. Comme tout superhéros, il vit en dehors du système, met ses capacités au nom d’idéaux et s’affranchit de l’ordre établi avec la complicité du spectateur. L’immoralité de ses actes, le non-respect de l’état de droit sont donc pardonnés car ils sont perpétrés dans la recherche du juste, du bien..La psychologie du protagoniste est abordée dans ce film, Jack défendant son choix de vie marginale pour fuir l’asservissement d’une vie de labeur. Il a dû convaincre plus d’un spectateur..

Rating: ★★★½☆

Ma thèse de doctorat

L’administration publique au Rwanda et au Burundi à l’heure des politiques internationales de bonne gouvernance. Une approche anthropologique comparative.

ehess

Directeur de thèse: Giorgio Blundo

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

 

Résumé:

Les ajustements structurels mis en place par la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International (FMI) auprès des pays en développement ont un caractère normatif fondé sur des préceptes Wébérien de gouvernance. Ils ont pour objectif de modifier la gestion des services publics vers un fonctionnement organisationnel étatique conforme à l’idéologie occidentale de bonne gouvernance.  Cette réforme de l’Etat exerce un impact socioculturel qui affecte les solidarités existantes (les modes de redevabilités) et modifie le rapport entre l’Etat, les citoyens et l’administration (les modes de gouvernance).

En analysant le processus de confluence entre les normes internationales de gouvernance et la bureaucratie au Burundi et au Rwanda, notamment en étudiant l’implantation des stratégies  de bonne gouvernance de 2000 à 2012, mon objectif est de mieux comprendre l’évolution des normes comportementales et le processus de mise en place des réformes structurelles ainsi que ses conséquences.

 
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter cette présentation.

Domaine de recherche:

  • Anthropologie politique de l’Etat
  • Décentralisation, gouvernance et délivrance du Service Public
  • Anthropologie des processus de transition et de réforme structurelle de l’Etat
  • Sociologie de l’organisation et des normes comportementales, Fonctionnalisme

 

Intouchables

intouchablesJe pense qu’il s’agit du film le plus touchant et le plus drôle que j’ai vu au cinéma. Il permet de vivre par procuration et donc de mieux comprendre la situation de personnes dans des situations de précarité, qui, malgré leurs difficultés, garde leur humanité et l’amour de la vie. L’histoire relate la rencontre de deux mondes, un homme riche mais handicapé moteur et un pauvre mais jeune homme fougueux qui se met au service de l’handicapé pour gagner sa vie. Le réalisateur joue sur des clichés et cherche à les transcender en développant la psychologie des protagonistes. Omar Sy se révèle un excellent acteur, capable de transmettre des émotions et le ressenti de son personnage. Sa seule prestation donne envie de revoir ce film exceptionnel.

Rating: ★★★★½

Bienvenue sur mon site!

Mis en avant

guillaume-281x300Je suis spécialiste de recherche stratégique et dans le domaine de la gouvernance (délivrance des services publics, transparence, redevabilité).
.
Je préside l’association Le Laboratoire de la Gouvernance tout en étant consultant en affaires publiques, dans le renforcement des capacités de l’Etat.
.
.
Je suis actuellement Doctorant auprès de l’EHESS et je travaille sur l’implantation des normes de bonne gouvernance au Rwanda et au Burundi. Je suis diplômé en diplomatie, défense et relations internationales, sciences politiques, marketing et communication international. J’ai travaillé dans le secteur des affaires internationales pour l’OTAN, l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN et des think tanks tel que Internartional Crisis Group et Carnegie Endowment for International Peace.
.
Vous trouverez sur ce site une présentation de mes domaines d’expertise et de mes compétences, des informations personnelles ainsi que mon CV. N’hésitez pas à me contacter pour une éventuelle collaboration professionnelle.

Le Laboratoire de la Gouvernance

Logo-2cmLe Laboratoire de la Gouvernance est une association ayant pour but de promouvoir la démocratie participative et d’explorer la théorie du changement au sein des institutions publiques et privées et de la vie démocratique.

Le Laboratoire propose ainsi son expertise pour faciliter les changements organisationnels auprès de la fonction publique et des entreprises à travers des séminaires ludiques, des conférences et des consultances sur la gouvernance.

Au sein de la vie citoyenne, l’association promeut des alternatives pour une démocratie plus participative et une citoyenneté active : un gouvernement des jeunes, des jeux et débats publics et un espace média sur son site internet.